A LA UNE Actualité politique Présidentielle du 24 février Ziguinchor

Présidentielle à Ziguinchor : Issa SALL promet, pour la paix en Casamance, de faire des femmes une « interface entre l’Etat et le MFDC »

Le candidat Issa Sall du Parti de l’Unité et du Rassemblement (PUR) est le premier des cinq candidats à la présidentielle du 24 février prochain à mettre les pieds en Casamance. Après avoir sillonné une partie de la région de Sédhiou, notamment le département de Bounkiling, le cortège d’Issa Sall s’est d’abord rendu dans le département de Bignona où il a fait une brève escale pour rencontrer ses militants avant d’entrer à Ziguinchor vers les coups de 22 heures.

Immédiatement après son arrivée dans la capitale sud du pays, Issa  Sall a respecté sa promesse de se faire auditionner par les femmes de la Plateforme des Femmes pour la Paix en Casamance (PFPC).

Dans leurs propos introductifs et non moins interpellatifs, les femmes de la PFPC par la voix de Mme Seynabou Maal Cissé, ont déclaré que « les femmes souhaitent la fin de ce conflit fratricide longue de 37 longues années. Depuis 1982, les femmes voient leurs frères et fils s’affronter dans un combat qui en plus de pertes en vies humaines, a appauvri la Casamance, disloqué des familles, décimé des villages et détruit des terres, l’entente et la cohésion sociale non sans désacraliser le statut de la femme. »

La porte-parole des femmes de Casamance a rappelé que depuis 2012, « une accalmie relative » est vécue dans la partie sud du pays avec notamment « l’absence d’affrontements de l’armée et des combattants du Mfdc ». Toutefois, selon elle, « ce calme n’est pas la paix puisqu’il est épisodiquement perturbé par des assassinats, des braquages, des vols de bétails, des viols, des enlèvements, des séquestrations qui démontrent l’urgence d’une paix durable en Casamance ».

« Pour la formalisation de l’accalmie et la signature d’un accord de paix entre l’Etat et le Mfdc, l’absence d’affrontements devrait être saisie dans la résolution du conflit pour que les deux parties s’asseyent pour formaliser la signature d’un cessez-le-feu d’abord ensuite elles négocient pour un retour définitif de la paix » a notamment déclaré Mme Cissé.

Face à cette situation, la PFPC fait connaitre au candidat Issa Sall son « indignation face à ce conflit et la lenteur de sa résolution, notre intense désir de paix, à lancer un appel pour la résolution définitive de ce conflit en Casamance et à exiger des négociations transparentes et inclusives qui prennent en compte les organisations de la société civile dont les femmes ».

Avant de signer son engagement à trouver une paix définitive en Casamance s’il était élu Chef de l’Etat le 24 février prochain, Issa Sall a d’abord rappelé que le programme qu’il défend, dénommé « Pur 100 », comportait « six axes dont celui relatif à la paix et la sécurité en Casamance, qui est même une sur-priorité et vous les femmes de cette plateforme, même s’il y aura un dialogue direct et inclusif, vous ferez office d’interface entre l’Etat et le Mfdc, donc dès à présent vous êtes outillées pour jouer ce rôle et naturellement ce sera inclusif et des éléments de la société civile y sont conviés ».

Après avoir signé « sans réserve l’engagement des femmes de la PFPC » et dit son « intention de l’appliquer une fois à la magistrature suprême », Issa Sall s’est rendu à la place de Gao de Ziguinchor pour un meeting.

Lors de cette rencontre avec les siens, il a lancé une conception de la gouvernance qu’il compte mettre en œuvre s’il est élu. Il s’agit de la « décentralisation de la déconcentration, à savoir délocaliser des ministères dans les régions intérieures du pays ».

Le candidat Issa Sall a aussi promis d’affecter « la moitié du budget du Sénégal aux collectivités locales d’où partira le développement du pays ».

De Youssouf DIMMA, Ziguinchor

A propos de l'auteur

Gnigno FAYE

Laisser un commentaire