A LA UNE Actualité Dakar football politique Presse du jour sport

Presse du jour : La presse sénégalaise s’est largement fait l’écho des manquements notés dans le parrainage et la cérémonie CAF AWARDS 2018

Les manquements décelés par la société civile dans le processus de vérification des parrainages par le conseil constitutionnel et le CAF AWARDS, sont les principaux sujets phares des journaux sénégalais parvenus, ce mardi 8 janvier 2019, à Teranganews.

« Les PV (procès verbaux) de la société civile », affiche Le Quotidien qui rapporte que « les sept (7) observateurs de la société civile qui siège au conseil constitutionnel relèvent les limites du logiciel et l’absence de référentiel précis. Après avoir listés les manquements dans le processus de vérification du parrainage, les 7 membres de la société civile ont formulé 7 recommandations à l’endroit des spet juges du conseil constitutionnel », écrit le journal.

Le Témoin s’inscrit dans la même lancée et se fait également écho des « réserves » des 7 observateurs de la société civile sur le parrainage », à sa Une du jour.

Selon la publication, « les sept observateurs ont dénoncé des manquements dans ces opérations. Les camarades de Moundiaye Cissé de l’Ong « 3D » soutiennent s’en être limités à observer, rien de plus. Une manière de se laver les mains de ce qui a été fait », souligne Le Témoin, le journal de renchérir que « le Forum Civil parle de « vices substantiels dans le processus de parrainage. Lequel est décrié de toutes parts ».

Sud Quotidien pointe à sa Une que, « la société civile diffère sa caution » à propos de la transparence, la régularité et la fiabilité de la vérification technique des parrainages au niveau du Conseil constitutionnel ».

Sud de rapporter les limites décelées par les 7 membres de la société civile à savoir, « les limites du système de parrainage qui tournent autour de la réglementation de l’ordre de passage des candidats à la candidature, l’absence de référentiel précis sur le logiciel de traitement pour éviter les erreurs matérielles, le manque d’informations sur le logiciel des données utilisées et l’absence d’informations détaillées pour les candidats sur les motifs des rejets et autres doublons ».

Pour le journal Enquête : « les sept vigies (de la société civile) listent les manquements. Cela fait suite, au rejet massif des parrainages des candidats de l’opposition, qui incriminent le dispositif de vérification », relève Enquête, ajoutant que pour ces représentants, « même si le parrainage n’est pas un échec, ses modalités d’application posent problème ».

Enquête qui a réservé sa Une à la politique avec l’opposition sénégalaise qui selon l’analyse du quotidien adopte :

« la politique de l’autruche ».

En effet, « éliminés de la course à la présidentielle de février 2019, plusieurs opposants refusent de voir la réalité en face. Et, continuent selon la publication de tâtonner sur les alliances à nouer », analyse le journal.

Enquête a recueilli les enseignements de professeur Moussa Daiw enseignant à l’Ugb de Saint-Louis, et à l’en croire, « si l’opposition veut réussir son pari, elle doit d’ores et déjà trouver des plages de convergences, et intégrer les offres des recalés », explique-t-il dans les colonnes du quotidien.

Les quotidiens évoquent la cérémonie de CAF AWARDS qui a démarré hier avec le match de gala en hommage de Jules François Bocandé. Une rencontre qui a vu les légendes du football africain gagné face aux Lions de 2002 dirigé par El hadji Ousseynou Diouf et l’actuel sélectionneur des Lions du Sénégal Aliou Cissé.

Le point d’ogre de cette cérémonie qui se tient pour la première fois au Sénégal est la désignation du meilleur joueur africain de l’année 2018 que se disputent le sénégalais Sadio Mané son coéquipier de Liverpool Mohamed Salah et le gabonais qui joue à Arsenal Pierre Emerick Aubameyang.

Le pays qui va accueillir la prochaine CAN 2019 après sera désigné par la CAF après après avoir retiré l’organisation au Cameroun.

A propos de l'auteur

Khadim FALL

Laisser un commentaire