A LA UNE Actualité Contribution Dakar politique

Macky Sall vs Ousmane Sonko : Une rixe à l’américaine

C’est un pugilat triste et sans règles que se livrent le camp du pouvoir contre celui de son plus farouche adversaire Ousmane Sonko. Entre les deux camps, ils  y règnent une ambiance de bistrot et les coups pleuvent de partout pour détruire l’adversaire en face, car l’un comme l’autre ne se maîtrise plus. Une rixe à l’américaine ou le camp du pouvoir et son adversaire en face Ousmane Sonko, s’invectivent de façon brutale avec des attaques ponctuées presque d’insultes personnelles et venimeuses.

Deux candidats en ruptures totales sur toutes les lignes de gestion d’un pays. Le ton monte encore entre les deux camps et les invectives sont brutales. Une joute sans merci ou chaque camp propose un style de voyou.

Il est un secret de polichinelle que le pouvoir en place  est décidé à apporter la réplique sanglante dans un mortal combat pour liquider une bonne fois pour toute le leader du parti les Patriotes du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité (PASTEF), Ousmane Sonko.

Connu pour la virulence et l’exactitude de ses attaques contre le régime en place, l’ancien inspecteur des Impôts et domaines tient et continue de tenir le haut du pavé malgré les contre attaques venues de partout.

Comme dans une guerre larvée, les coups pleuvent mais, le leader du Pastef, poursuit son ascension fascinante et comme l’a dit le journaliste politologue Babacar Justin Ndiaye, « s’il attaque, il est en haut du pavé. S’il est attaqué il est en haut du pavé. Ses adversaires ont intérêt à faire attention », avertit Mr Ndiaye.

Mais les pourfendeurs d’Ousmane Sonko se sont bouchés les oreilles et ont pour seul dessein de détruire Sonko et tous les moyens sont bons pour cette fin.

Après l’avoir accusé d’être proche des salafistes, très critiques, selon eux de l’Islam confrérique sénégalais, voila que des informations diffusées par la presse pointent du doigt Sonko, d’être le bras armé d’une compagnie pétrolière basée à Londres et qui aurait selon des documents, aurait financé le député et candidat à la présidentielle prochaine pour déstabiliser le pays.

Dans ce lynchage politico-médiatique, c’est Ousmane Sonko qui a donné les premiers coups en accusant le directeur des Domaines Mamadou Mamour Diallo d’avoir détourné la rondelette somme de 94 milliards de FCFA dans une transaction foncière à Rufisque.

Non content de pointer directeur le directeur des Domaines, Ousmane Sonko a brandi des documents de preuves, fruit selon lui, de huit mois d’enquête et a saisi le procureur de la république, les corps de contrôle tels que l’Inspection générale d’Etat et l’Ofnac. A noter que seul l’Ofnac avait fait une timide réaction et depuis lors ce dossier n’a pas connu de suite.

Et, depuis quelques temps, on note un déplacement de l’affaire et le patron d’un groupe de presse, Avenir Communication éditeur du journal Le Quotidien, qui a endossé le costume de challenger face à Sonko, est décidé à lui faire la peau. Selon, Madiambal Diagne, c’est Ousmane Sonko qui lui a déclaré la guerre alors il l’aura.

Proche du pouvoir et qui se réclame ami du Président Macky Sall, Madiambal Diagne, a lui aussi brandi des documents de preuves qui à l’en croire mouilleraient Ousmane Sonko dans des transactions foncières et d’avoir saisi le  C25, une coalition de partis politiques de l’opposition les invitant à boycotter la présidentielle de février 2019. Il ne se limite pas là, car il promet de dévoiler d’autres faits qui révéleraient le vrai visage de Sonko.

Telle une vague déferlante sur Ousmane Sonko, le régime et ses alliés sont en train de dérouler toute une stratégie pour atteindre leur plus farouche adversaire du moment et ils ne lésinent sur rien.

Et, l’affaire Tullow oil, qui défraie depuis ce 10 janvier 2019, la chronique en est une illustration. Il s’agit d’après un document publié par certains médias, d’un financement octroyé à Sonko pour combattre Macky Sall. Et, dans ledit document il est mentionné  dans un anglais, que « Sir Sonko Ousmane, homme politique sénégalais jeune », « émergent » et prometteur, a reçu un soutien de 195 000 dollars US dans le cadre de « sa communication sur la transparence dans le domaine des ressources naturelles » lit-on dans la note de Tullow Oil.

 

A noter que la journaliste anglaise à qui on attribue cet article Michelle Madsen a démenti être l’auteur d’un tel article mouillant Ousmane Sonko et l’ONG Oxfam. Toujours est-il que les documents attestant de l’existence de cette transaction font le chou gras de certains médias sénégalais.

Voici in extenso le contenu du document : « L’opposant sérieux de l’actuel président a vu son cas étudié et accepté en juin 2018 au cours d’une réunion du staff du groupe pétrolier en Afrique du Sud. Instruction a été ensuite donnée au bureau du Ghana de débloquer le montant. Oxfam a été choisie pour maquiller en oeuvre démocratique ».

Voila, en substance ce que révèle le document qui alimente les Unes de certains journaux. Des attaques, qui pour le moment laisse de marbre le principal concerné, qui semble ne pas inquiété en gardant un silence assourdissant sur toutes ces accusations, alors que les observateurs et de même que ses adversaires qui le fusillent lui somment d’apporter la lumière sur ce qu’ils qualifient de graves accusations, lui qui a fait de  l’éthique, de la bonne gouvernance, de la lutte contre la corruption, de la transparence dans la gestion des ressources pétrolières son cheval de bataille.

Toutefois, la contre offensive des adversaires d’Ousmane Sonko va-t-il provoquer l’effet escompté le temps nous le dira, car comme l’explique Sun Tzu dans son livre « l’Art de la guerre », adoptée à la lutte politique, « Qui connaît l’autre et se connaît lui-même, peut livrer cent batailles sans jamais être en péril ». Et, à y voir de prêt, cet ancien étudiant de l’université Gaston Berger de Saint-Louis, sorti de l’Ecole nationale d’administration du Sénégal (ENA), semble prendre une avance sur ses détracteurs qui essaient de le rattraper en fouillant dans son passé à la direction des Impôts et domaines et dans ses connexions pour trouver la faille fatale. Mais, ce dernier semble adopter la stratégie du pourrissement. Laisser passer la tempête pour encore décocher ses flèches assassines.

Il faut souligner que cette façon de procéder n’est pas nouvelle sur la scène politique sénégalaise, on se souvient des épiques batailles par presse interposées entre Idrissa Seck et Me Abdoulaye Wade et ses souteneurs qui s’étaient attaqué l’ancien Premier Ministre tombé en disgrâce.

L’affaire Tullow Oil plc, va-t-elle faire saper cet élan de sympathie que lui témoigne bon nombre de sénégalais, alors même que Madiambale Diagne promet d’étaler sur la place d’autres documents de preuves qui mouillerait Ousmane Sonko.

En cas tout le régime du Président Macky Sall est entré en guerre ouverte contre Sonko. Un mortal combat où tous les coups sont permis. Des tirs groupés relayés par une partie de la presse. Au même moment, se sont, les lieutenants du leader du PASTEF, qui s’érigés en bouclier en dépoussiérant l’affaire Mamour Diallo.

Un débat houleux où le ton déraille et les insultes se multiplient. Une présidentielle polémique qui se profile à l’horizon, alors que le conseil constitutionnel très décrié, n’a pas encore publié la liste définitive des candidats qui devront officiellement prendre part à la présidentielle du 24 février 2019.

A propos de l'auteur

Khadim FALL

Laisser un commentaire