SAMASEN 2018
A LA UNE Actualité Dakar Environnement societe

Sénégal : Quand le ciel et la terre privent Dakar d’eau

Alors que des dakarois n’ont pas fini de se plaindre des coupures d’eau en à plus finir, le ciel refuse d’ouvrir ses vannes. 
Entre la souffrance d’une chaleur étouffante et la hantise des inondations, les habitants de la capitale sénégalaise sont dans l’attente d’un hivernage qui tarde à se concrétiser.
Reportage

À l’entrée du Marché de keur Mbaye Fall à hauteur de la route nationale jusqu’au garage « clando » ralliant vers les quartiers environnants, les populations souffrent le martyre pour accéder à leurs domiciles. Les travaux du Train express régionale (TER) ont semé un désordre sans précédent dans l’unique entrée dans ce quartier de la banlieue de Pikine.

 À vive allure, les camions traversent la piste en latérite construite pour les besoins des travaux. Malgré la poussière soulevée par les va-et-vient des gros-porteurs et des débris des maisons démolies, les vendeurs de poissons, de légumes, d’habits et de chaussures ont mis leurs marchandises à même sol au grand dam des populations. « En cette période, c’est encore moins grave, car la pluie n’est pas au rendez-vous au moins on a où mettre les pieds pour accéder à chez soi », déclare un habitant de la localité interpellé juste à la sortie du marché.
En période d’hivernage, keur Mbaye Fall comme tant d’autres quartiers de la banlieue sont confrontés à de fortes inondations cela en dépit des travaux enclenchés par Promoville et d’autres ONG qui peinent à être achevés. 

Le manque de pluviométrie à Dakar constitue pour les habitants de ces quartiers une aubaine et la possibilité de se déplacer sans grandes difficultés. Mais le bonheur des uns fait le plus souvent le malheur des autres. A quelques mètres des habitations, dans la forêt classée de Mbao, Assane qui cultive dans un petit périmètre des légumes n’en peut plus de ces nuages qui ne font que passer sans verser la moindre goutte d’eau. « Si ça continue sur ce rythme ça sera une catastrophe pour les agriculteurs sénégalais. À Dakar, les dégâts peuvent être moindres pour nous les petits cultivateurs, mais dans les régions cela n’augure rien de bon », déplore t’il. Pour ce cultivateur citadin, les habitants de la capitale n’ont aucune idée des conséquences de ce manque de pluviométrie. 

Et pourtant, même s’ils ne sont pas attachés aux végétaux et ne se préoccupent pas du devenir de la faune et de la flore, les dakarois se plaignent de plus en plus de la chaleur ambiante. « Y a pas besoin d’être un expert en météo pour se rendre compte que cette chaleur est dûe au manque de pluviométrie cependant les raisons de ce manque me sont inconnues », explique Ibra, un jeune, la vingtaine assis dans un bus de transport en commun en direction du centre-ville de Dakar. À une dizaine de jours de la Tabaski, Dakar est déjà en état de siège. Les embouteillages pointent leurs nez à chaque coin de rue. À l’intérieur du véhicule, le débat est posé et chacun y va de son explication les uns plus surréalistes que les autres.

« C’est cette ville même qui a besoin d’être purifié y a trop de pêchers et de mensonges », lance une vieille dame. « C’est vrai que pluie n’arrange pas tout le monde mais Il faudrait qu’on fasse une journée de prières ne serait-ce que pour les paysans » renchérit une autre plus mesuré. 

Le manque de pluie à Dakar par exemple, devrait nous donner un aperçu sur comment l’impureté a pris le dessus sur la pureté, et ça sur tous les plans !
Mais bon Allah envoie tout le temps des signaux pour qu’on se révieille mais on ne s’en rend pas compte …
Revenons vers lui !— 🙏Grateful | Servant😇 (@iAmBoubs_FCB) August 13, 2018


En l’absence de raisons scientifiques à l’absence de pluie dans la capitale, la brèche est ouverte à toutes les spéculations en attendant les premières grosses gouttes.

Il est temps qu’on se penche sérieusement sur les orages qui se décomposent au dessus de Dakar Notre ami spécialiste Riad Kawar a alerté dpuis début juillet.Ce qui se passe n’est pas normal,on a coupé les arbres,y’a plus de verdure à Dakar même le Technopole s’est asséché. A-Sow pic.twitter.com/oyksj8uC4L— SAVE DAKAR 🇸🇳 (@SAVE_DAKAR) August 10, 2018

A propos de l'auteur

Mamadou Diagne

Laisser un commentaire

Close