A LA UNE Actualité Saint-Louis santé

Saint Louis : Diagnostic de l’hôpital régional « malade » de sa gestion

Adama SENE, correspondant à Saint-Louis.
Les syndicalistes du Sutsas, du Sames et du Sas de l’hôpital régional de Saint-Louis, ont encore paralysé le fonctionnement du centre hospitalier. Ils ont tenu un sit-in dans l’enceinte de l’hôpital pour dénoncer la mauvaise gestion du Directeur Ousmane Gueye. D’ailleurs l’alliance syndicaliste tire la sonnette d’alarme avant que, l’hôpital fonce tout droit à une faillite totale.
La hache de guerre est de nouveau déterrée à l’hôpital régional de Saint-Louis entre les travailleurs de l’intersyndicale (Sutsas-Sames-Sas) et le directeur de la structure sanitaire. L’accalmie entre les deux entités n’a duré que le temps d’une rose. Les syndicalistes ont dénoncé énergiquement la mauvaise gestion du directeur Ousmane Gueye avec la complicité de l’agent comptable particulier (ACP) de l’hôpital. A en croire Dr Moustapha Diedhiou, malgré les gros efforts consentis par l’Etat pour une meilleure prise en charge des populations et la hausse vertigineuse des tarifs des consultations et des actes, l’hôpital régional va de plus en plus mal, au point de ne plus pouvoir remplir sa fonction principale. « A l’heure actuelle, l’établissement n’arrive plus à offrir des soins de qualité aux usagers de la région de Saint-Louis, à cause des multiples ruptures de matériels et de consommables. Aux services d’urgence et de réanimation, il est fréquent de constater la rupture de consommables indispensables à la prise en charge de malades admis dans ces lieux. Aux urgences, il est inadmissible de travailler sans un aspirateur de mucosité et pourtant c’est le cas actuellement à l’hôpital de Saint-Louis. La liste est loin d’être exhaustive parce que les griefs sont nombreux. Raison pour laquelle on demande à la direction générale de se pencher sur les choses sérieuses pour que le plateau technique de la structure soit relevé afin que nous puissions répondre correctement aux besoins des patients » a signalé Dr Diedhiou. Enfonçant le clou, le médecin-réanimateur et chef de service des urgences de rappeler que les autres secteurs de l’hôpital vivent les mêmes calvaires de manque de consommables et de matériels de travail. « L’Etat a fait d’énormes efforts pour soulager les structures sanitaires dont l’hôpital régional de Saint-Louis. Un financement de 844 millions de francs CFA de la banque mondiale via le CPOM a été attribué au centre hospitalier pour la réhabilitation et le renouvellement du plateau technique, malheureusement il a été acheté un matériel de mauvaise qualité. L’appareil qui a couté 110 millions à la radiologie n’est toujours pas fonctionnel faisant baisser les recettes de ce département de 20 millions francs CFA à moins de 10 millions. Les services de pneumologie, ophtalmologie ont également bénéficié de ces matériels de mauvaise qualité. Le labo ne dispose pas de réactifs pour effectuer des analyses, là aussi les recettes sont passées du triple au simple, de 27 millions à 09 millions » a-t-il ajouté.

Les syndicalistes de l’hôpital de Saint-Louis faisant face à la presse.

Le chargé des revendications du Sutsas, quant à lui, n’est pas allé avec le dos de la cuillère. « Toutes les autorités compétentes ont été informées de la situation. La sonnette d’alarme a été tirée, malheureusement elle n’a pas été entendue par la direction. Cette situation de pourrissement, les travailleurs ne peuvent plus la laisser passer sans réagir » a fustigé Moustapha Diop du Sutsas. Avant d’énumérer les autres récriminations portées contre le directeur et l’ACP. « Les salaires ne sont payés qu’après le 20 du mois parce que le directeur a transféré les comptes de l’hôpital dans une autre banque de la place, avec un prêt de 90 millions FCFA . Les heures supplémentaires des contractuels ne sont plus payées depuis 06 mois. L’astreinte des médecins n’est pas également libérée depuis 07 mois. A la pharmacie IB, on manque de tout au grand dam des usagers parce que l’ACP ne reverse pas la part due à la PRA. Pire les charges sociales des travailleurs ne sont plus versées à l’Ipres depuis 03 ans avec la complicité de l’agent comptable. La dette avec cette institution est passée de 250 millions à 500 millions de F CFA » a-t-il crié. La direction de l’hôpital promet d’apporter prochainement sa réponse.

A propos de l'auteur

Daouda SOW

Laisser un commentaire

Close