A LA UNE Actualité Kaolack societe

Kaolack – Tabaski 2018 : « Il faut plus de sécurité pour rassurer les vendeurs mauritaniens et maliens à convoyer leurs troupeaux », Aminata Mbengue Ndiaye au forail de Kahone

Ibrahima DIAMÉ, correspondant à Kaolack.

La Ministre de l’élevage a effectué une visite ce mercredi 8 août 2018, en début d’après midi au forail de Kahone, afin de s’enquérir de l’état d’approvisionnement du marché en moutons. Elle a été reçue par le maire de la commune Ousseynou Senghor , en présence des autorités administratives, notamment du gouverneur de Kaolack Alassane Sane.

Le Ministre Aminata Mbengue Ndiaye et sa délégation au forail de Kahone.

Une fois sur place, madame le ministre a fait un tour dans le forail pour mesurer un peu la température du marché afin d’avoir une idée du nombre de troupeaux et éventuellement de têtes présentes sur le marché en ce moment. Selon Mme le ministre qui se fie aux dires du maire de Kahone, le nombre de moutons enregistrés en ce moment est supérieur à ceux de l’année dernière.
Les éleveurs vendeurs n’ont pas manqué de porter leurs doléances au ministre, relatives aux conditions de vie au niveau du forail de Kahone. Premièrement le manque de points d’eau ou d’abreuvoirs. Ils ont demandé également l’établissement d’un poste de santé avancé sur les lieux pour leur permettre de se faire soigner sans difficultés et éviter de faire un long trajet en cas d’accident ou de maladie. En réponse, le ministre a été favorable à leur requête et a demandé au chef de poste qui était parmi eux de s’en occuper. Concernant les points d’eau également le ministre a tenu à les rassurer. Les services du ministère de l’hydraulique ont été saisis, informe Aminata Mbengue Ndiaye.

Un groupe de moutons au forail de Kahone.

Relativement à la sécurité, Mme le ministre a d’abord salué le travail des forces de l’ordre, gendarmes ou policiers à qui elle a demandé de redoubler d’effort parce que selon elle l’approvisionnement correct en moutons des marchés sénégalais dépend beaucoup de la sécurité. Il faut plus de sécurité dit-elle pour rassurer les vendeurs de moutons étrangers, notamment, mauritaniens et maliens à avoir plus de motivation et de courage à convoyer leurs troupeaux.

A propos de l'auteur

Daouda SOW

Laisser un commentaire

Close