Actualité Saint-Louis societe

À Saint-Louis, après les fortes pluies, les sinistrés de Khar Yalla évacués dans les écoles

Adama SENE, correspondant à Saint-Louis.
Après avoir barré la route nationale N° 2 pour protester contre leurs mauvaises conditions d’hébergement au site de relogement de Khar Yalla à quelques encablures du quartier de Ngalléle, les familles sinistrées de la Langue de Barbarie ont été entendues et secourues par la mairie de Saint-Louis. Elles seront finalement déplacées dans les écoles, le temps des vacances. La révélation a été faite par l’adjoint au maire chargé du cadre de vie et de la voirie, en attendant le démarrage effectif à Diougob de l’emplacement des unités mobiles d’habitation dans le cadre du projet Saint-Louis Emergency Recovery and Resiliens Project (SERRP), en partenariat avec la banque Mondiale.
Les tentes dressées au site de Khar Yalla pour abriter les sinistrés de Guet-Ndar, sont dans un piteux état après les fortes pluies qui se sont abattues dans la vieille cité. La totalité des bâches est devenue impraticable parce qu’envahie par les eaux de ruissellement et accompagnée d’une odeur nauséabonde due aux tas d’immondices mélangés à l’eau des pluies. La situation avait d’ailleurs poussé les occupants à descendre dans la rue pour attirer l’attention des autorités nationales et locales. Une alerte qui a été bien entendue par la commune qui a aussitôt réagi. Face à la presse, l’équipe municipale a annoncé des mesures urgentes de relogement dans les écoles pour soulager les victimes. « Le maire de la ville nous a instruit de prendre des mesures d’urgence pour transférer les sinistrés dans les établissements dès ce lundi 27 août, avant qu’une autre pluie ne tombe » a signalé Balla Gueye. Avant de rassurer qu’après les vacances pour la libération des écoles, les familles sinistrées seront accompagnées. « Si les conditions ne sont pas réunies pour accueillir de nouveau les sinistrés à Khar Yalla, ils seront recasés dans des bâtiments administratifs qui seront identifiés et que la municipalité est même prête à trouver des logements en location » a soutenu l’adjoint au maire chargé du cadre de vie et de la voirie. A l’en croire, la mairie ne peut pas tout supporter pour reloger définitivement les familles déplacées. C’est dans ce cadre qu’elle travaille en étroite collaboration avec l’Etat via le projet Emergency Recovery and Resiliens Project (SERRP), financé par la Banque Mondiale à hauteur de 30 millions d’Euros. « Nous sommes désolés d’entendre des victimes dire que la mairie les a négligés. Depuis les premiers sinistrés de 2016 qui ont été logés dans les 68 bâtiments en dur à nos jours, le maire et son équipe ont toujours apporté leur assistance. Des points d’eau et l’éclairage public ont été réalisés alors que le site n’en avait pas. Des dons en kits alimentaires et des enveloppes financières leur ont été souvent distribués, des consultations médicales gratuites régulièrement organisées sur le site » a-t-il rappelé. Raison pour laquelle Balla Gueye a demandé aux populations) de Khar Yalla un peu de patience, puisque le maire Mansour Faye fait les pieds et les mains pour trouver à travers le monde des partenaires financiers pour leur relogement définitif. « Grâce à la Banque mondiale, dans 04 mois des unités mobiles d’habitation seront installées pour les sinistrés à Diougob. La commande est déjà faite et les occupants des bâches seront redéployés vers ce site en attendant que des concessions en dur soient construites à côté et mises à leur disposition. D’ailleurs les premières clefs de ce projet sont attendues en 2021 » a conclu l’adjoint au maire.

A propos de l'auteur

Daouda SOW

Laisser un commentaire

Close