A LA UNE Actualité Afrique international

Tunisie : Souad Abderrahim, première femme « Cheikh de la médina »

Souad Abderrahim devient la première femme à accéder au poste de maire de Tunis.

« J’offre cette victoire à toutes les femmes de mon pays, à toute la jeunesse et à la Tunisie, » a-t-elle lancé, visiblement émue, la nouvelle élue, âgée de 53 ans et jusque-là gérante d’une entreprise pharmaceutique.

Elle devient ainsi la première « cheikh de la médina », titre masculin traditionnel donné au maire de la capitale parce qu’occupant une fonction particulière lors de certaines fêtes religieuses.

C’est une première pour une citoyenne de Tunisie. Souad Abderrahim, membre du bureau politique et tête de liste du parti islamiste Ennahda, fraîchement élue maire de Tunis.

Souad Abderrahim, qui se définit comme indépendante, a été élue par les nouveaux conseillers municipaux de Tunis, avec 26 voix contre 22 pour son principal adversaire, Kamel Idir, lors d’un deuxième tour boycotté par certains élus de gauche et du centre, se refusant de voter pour l’un ou l’autre des deux partis hégémoniques, Ennahda et Nidaa.

Souad Abderrahim est une compagne de route de longue date d’Ennahda. Militante durant ses années universitaires, elle avait siégé au sein du bloc du parti islamiste à l’Assemblée constituante de 2011 à 2014, où elle s’était taillé une réputation de moralisatrice. Elle avait ensuite quasiment disparu du paysage politique, jusqu’aux municipales du 6 mai.

Ces élections marquent le début de la décentralisation, un projet crucial dans un pays où les municipalités étaient jusque-là peu autonomes, dépendantes d’une administration centrale souvent clientéliste.

A propos de l'auteur

Mame Khary Leye

Laissez un commentaire

*

Close