A LA UNE Actualité Education Saint-Louis

Saint Louis : En attendant l’AG de l’UGB, des UFR proposent la suspension des cours 2017/2018 jusqu’en octobre 2018

Adama SENE, Saint-Louis.
Les longues grèves répétitives à l’UGB ont fortement perturbé la fin d’année universitaire 2017-2018 dans certaines UFR dont celle des Sciences juridiques et politiques. Une situation délicate qui a poussé les responsables de l’Unité de formation et de recherche, a proposé une année blanche pour stopper le chevauchement des années universitaires. Des propositions qui connaitront leurs suites après la réunion de l’assemblée de l’UGB qui était initialement prévue ce mercredi 4 juillet 2018 avant d’être reportée à une date ultérieure pour indisponibilité du recteur.
Après la grève illimitée décrétée par la coordination des étudiants de Saint-Louis (CESL) à la suite de la mort de l’étudiant Mouhamadou Fallou Séne, la reprise des cours est encore timide à l’UGB. Une situation qui ne plaide pas pour une fin d’année à date échue. Préoccupés par cette donne, les responsables de certaines unités de formation et de recherche du temple du savoir de Sanar, ont suspendu le déroulement des activités pédagogiques 2017-2018 en attendant la réunion de l’Assemblée de l’Université Gaston berger de Saint-Louis qui sera tenue très prochainement. A en croire le directeur de l’UFR des sciences juridiques et politiques, il est très difficile de terminer l’année dans de bonnes conditions puisque les enseignements ont accusé de gros retards, de plus de 06 mois. « Avant de prendre cette décision de suspension, nous avons constaté la situation. Lors des évènements malheureux du 15 mai avec la mort de l’étudiant Fallou Séne, nos étudiants de L1 n’avaient effectué que 05 semaines de cours, ceux de L2 et L3 n’avaient que 02 semaines d’enseignements. Nos étudiants en Master ne sont pas mieux lotis puisqu’ils n’ont même pas démarré jusqu’à présent. Alors que les projections que nous avions fait, nous menaient jusqu’en mai 2019 pour terminer l’année universitaire 2017-2018. Ce qui hypothéquerait le démarrage normal de l’année 2018-2019 » a déclaré Pr Mbissane NGom. Raison pour laquelle, a-t-il ajouté, pour remédier à ces nombreux dysfonctionnements, le Conseil de l’UFR des Sciences juridiques et politiques, a proposé une suspension des enseignements qui seront repris en octobre 2018 au titre de l’année 2018-2019. Selon toujours le Pr NGom, les autorités de l’UFR ont constaté que l’année qui devait se terminer en fin juillet, ne peut plus l’être avec de telles perturbations. « C’est pourquoi nous avons voulu tirer toutes les conséquences pour éviter d’hypothéquer encore la prochaine rentrée. Raison pour laquelle nous avons pris la décision de suspendre les activités pédagogiques au niveau de l’UFR et proposer cette alternative à l’assemblée de l’UGB en attendant la suite » a-t-il argumenté. Il faut signaler que l’UFR des sciences juridiques et politiques n’est pas la seule dans cette situation compliquée. « Beaucoup d’autres unités de formation et de recherche (UFR) ont tardivement débuté leurs cours 2017/20128 tandis que d’autres n’avaient pas même encore démarré, avant la grève illimitée des étudiants. Les unités, de même que les départements ont tenu leurs conseils pour apprécier la situation et proposer des pistes de solutions qui devront être validées par l’assemblée de l’UGB » a signalé le Pr Mbissane NGom. Interpellés sur ces propositions de suspension des activités pédagogiques dans les UFR, les étudiants de l’UGB restent divisés sur la question. Si certains sont d’accord, afin que le chevauchement des années soit résolu pour de bon, d’autres sont très sceptiques du démarrage effectif des cours au mois d’octobre.

A propos de l'auteur

Daouda SOW

Laissez un commentaire

*

Close