Actualité Dakar santé societe

Rufisque : Les blouses blanches de « hôpital Guedj » dénoncent la gestion du directeur du centre de santé

Alioune Badara SALL, Rufisque

Courroucés, les travailleurs du centre de santé polyclinique de Rufisque ont tenu un sit-in ce lundi 02 juillet 2018 dans l’enceinte de la structure sanitaire de santé. Arborant des brassards rouges et des pancartes sur lesquelles on pouvait lire « Transparence dans la gestion », « Respect des travailleurs » ou encore « Guichet unique », ces travailleurs ont dénoncé la gestion sombre de Dr Mbaye Thiam, chef de district, par ailleurs directeur du centre de santé polyclinique de Rufisque ou « hôpital Guedj ».

Travailleurs « hôpital guédj » de Rufisque en sit-in.

Ces blouses blanches dénoncent l’éclatement des guichets en cinq logés à l’étage en plus de celui qui était au rez-de-chaussée par le directeur.  Ces guichets où sont reçus les fonds issus de la vente de tickets sont gérés par des proches du directeur. Ces guichets créés, en plus de l’unique guichet qui existait jusque-là, échappe au contrôle du personnel. Il s’agit « des guichets pour l’échograohie pelvienne, l’échographie abdominale, de l’urologie, de l’ORL, de l’ECG, tous ces guichets sont logés au niveau de son secrétariat ». Pour Alioune Seck, c’est avec cet argent que les agents de santé communautaire (ASC) sont rémunérés suivant un pourcentage tiré de la vente des tickets. Ces travailleurs exigent un bilan financier et l’élargissement de la cogestion limitée entre le directeur et le comité de santé du centre.

Selon Alioune Seck, secrétaire général de l’intersyndicale des travailleurs de SUTSAS, ce mouvement d’humeur est commun à tous les agents des postes de santé et s’explique par l’exigence de clarification de la gestion financière du centre ainsi que les affectations arbitraires des membres du personnel. Et ce, après plusieurs tentatives de dialogue avec le directeur qui n’a pas été coopératif. « Nous dénonçons la gestion anti démocratique du personnel. Avant de procéder à une affectation, les partenaires sociaux doivent être informés, ce qui n’a pas été fait » martèle-t-il.

Alioune Seck, SG départemental SUTSAS.

Autres revendications portées par ces travailleurs, l’exiguïté de la salle faisant office du service de pédiatrie, et  qui mesure 12 mètres carré et où travaillent près de 17 personnes en plus des malades et des enfants de moins de cinq ans, présente des risques de santé. Ces agents ont tenu à se solidariser avec leurs collègues du service de pédiatrie pour qui ils demandent l’aménagement d’une autre salle plus spacieuse. Déjà sur les pancartes, on pouvait lire « une salle adéquate pour la pédiatrie ».

Interrogé, le directeur du centre de santé n’a pas voulu se prononcer. Dr Thiam de nous dire qu’il donnera sa version des faits qui lui sont reprochés après s’être concerté avec ses proches collaborateurs dans les prochains jours.

Ces travailleurs comptent porter leur combat au plus haut niveau. D’ailleurs, ils tiennent leur assemblée générale ce mardi 03 juillet 2018 pour évaluer le mouvement d’humeur afin de déterminer la conduite à tenir.

A propos de l'auteur

Daouda SOW

Laisser un commentaire

Close