A LA UNE Actualité Presse du jour

Presse du jour : Le démarrage du baccalauréat et la sortie du magistrat Yaya Amadou Dia font la Une des quotidiens de ce mardi 17 juillet 2018

Deux sujets dominent l’actualité des quotidiens parvenus ce mardi 17 juillet 2018 à teranganews à savoir le début des épreuves du baccalauréat ce mardi et la sortie du magistrat Yaya Amadou Dia sur le cas Karim Wade.

« Un Bac sous haute surveillance », affiche à sa Une le journal Enquête, le quotidien Enquête qui fait état de la détermination du directeur de l’Office du bac, Socé Ndiaye, à faire « respecter les règles du jeu ».

Enquête nous apprend d’ailleurs déjà,  que « 127 candidats (ont été) exclus durant les épreuves de philosophie et le Bac technique ».

Et, parmi les mesures prises il y a l’interdiction du téléphone portable et autres objets connectés sont interdits « aux 157.687 candidats répartis dans 415 centres et 515 jurys pour 18. 600 surveillants, dans le but de prévenir d’éventuels cas de fraude ».

 Le quotidien Enquête de souligner que « Socé Ndiaye, successeur de Babou Diaham, a été promu à ce poste en avril dernier dans un contexte déterminé, marqué par les fuites enregistrées lors de l’édition 2017 de l’examen du Baccalauréat ».

 Pour rappel « 42 personnes au total, étaient poursuivies dans cette affaire pour association de malfaiteurs, escroquerie, obtention frauduleuse d’avantages matériels indus, dont un proviseur, des professeurs et des élèves ».

Des fuites d’une grande ampleur qui avaient provoqué l’annulation d’épreuves de français et d’histoire-géographie à la suite de la diffusion des sujets sur les réseaux sociaux, notamment la messagerie Whats App.

La justice a finalement condamné le proviseur du Lycée de Kahone mis en cause a écopé de cinq ans de prison ferme et 500.000 FCFA d’amende. Il a été déclaré coupable d’association de malfaiteurs et de fraude aux examens et concours.

 Un enseignant a aussi écopé d’une peine deux ans d’emprisonnement ferme, d’une amende de 18 millions en plus d’une confiscation de ses biens.

L’autre actualité phare des quotidiens de ce jour c’est la sortie de l’ex juge à la CREI Yaya Amadou Kane aujourd’hui en position de  disponibilité, qui s’est prononcé sur le cas Karim Wade. L’information fait la Une presque de tous les journaux.

Le Quotidien en fait sa Une avec ce titre « Opinion Magistrat démissionnaire de la CREI : Yaya Dia valide Karim ».

Selon le journal Le Quotidien qui cite la lettre du juge en position de  disponibilité « rien dans la loi ne peut faire obstacle à l’inscription de Karim Wade sur les listes électorales de même sa candidature ».

A en croire le magistrat Yaya Amadou Dia « la condamnation pénale de Karim Wade ne fait pas obstacle ni à son inscription sur les listes électorales ni à la recevabilité de sa candidature ».

Vox Populi qui parle de la tribune du magistrat démissionnaire de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI) au sujet de la candidature de Karim Wade à la prochaine présidentielle.

Et, pour Yaya Amadou Dia,  « la condamnation de Karim Wade ne fait obstacle ni à son inscription sur les listes, ni à la recevabilité de sa candidature ».

Vox Populi de renchérir avec la tribune du juge Dia qui pense que « le droit ne saurait être dévoyé de cette finalité pour devenir une arme de destruction massive d’opposants politiques, afin de s’ouvrir un boulevard pour les prochaines échéances électorales ».

 Il apporte ainsi de l’eau au moulin des partisans de Karim Wade et de certains observateurs qui estiment que le régime actuel veut empêcher le fils de l’ancien Président Abdoulaye Wade de participer à la prochaine présidentielle de février 2019.

 Karim Wade, condamné en mars 2015 à six ans de prison ferme pour enrichissement illicite et à payer une amende de 138 milliards de francs CFA, a vu sa demande d’inscription rejetée sur les listes électorales.

 Une sortie qui vient démentir celle faite il y a quelques temps par le directeur de la formation et de la communication à la Direction générale des élections Bernard Casimir Demba Ciss, qui a expliqué que cette demande avait été rejetée sur appréciation des services compétents, sur la base de l’article L131 du Code électoral.

 Celui-ci stipule notamment que les individus condamnés pour certains délits (vol, escroquerie, abus de confiance, trafic de stupéfiants, détournement et soustraction commis par les agents publics, corruption et trafic d’influence, contrefaçon) et dont la peine est supérieure à 5 ans de prison ne peuvent être inscrits sur les listes électorales.

 « Un ex-juge de la CREI valide la candidature de Karim Wade », pointe L’As, citant un autre extrait de la contribution du magistrat : « Seule la loi du plus fort peut faire obstacle à l’inscription de Karim Wade ».

L’As qui reprend in extenso le texte du juge Dia a recueilli l’avis d’un membre de L’union des magistrats du Sénégal pour qui « l’article 11 ne permet pas au juge Dia de se prononcer sur ce sujet ».

L’As de souligner que « la magistrature est frappée par un profond malaise qui est secoué par une crise sans précédent. Le journal d’ajouter que « les juges Amadou Dionewar Soumaré, Fatou Abibatou Diallo et d’autres magistrats délattés par le système judiciaire pourraient se faire entendre en rendant le tablier à l’image de Ibrahima Hamidou Dème, ou entrant frontalement contre le régime ».

En politique toujours Enquête nous apprend que Manko Taxawou Sénégal s’invite dans la bataille pour la libération du maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall. En conférence ce lundi 16 juillet, les camarades de Cheikh Bamba Dièye ont invité le régime en place ont exigé la libération de Khalifa Sall, après l’arrêt de la Cour de justice de la CEDEAO.

En sport Record nous apprend qu’après le mondial, le sélectionneur Aliou Cissé « va assainir la Tanière. En plus clair Record de préciser que Aliou Cissé va même couper des têtes pour assainir son groupe afin d’aborder sous de bons auspices le reste des éliminatoires de la CAN 2019 ».

A propos de l'auteur

Khadim FALL

Laisser un commentaire

Close