A LA UNE Actualité Kaolack politique

Parrainage : « La collecte des parrains n’à pas du tout de démarré… », a fait savoir à Kaolack, le directeur des Libertés Publiques

Ibrahima DIAMÉ, correspondant à Kaolack. 

« Il est interdit aux candidats d’aller chercher des parrains au niveau des cantonnements militaires paramilitaires et établissements de santé », une chose que le directeur des Libertés publiques a tenu à clarifier.
Cette direction logée au Ministère de l’intérieur a réuni ce mardi 24 Juillet 2018, à la gouvernance de Kaolack, les représentants des partis politiques de l’opposition comme ceux du pouvoir ainsi que des membres de la société civile pour discuter des modalités pratiques de l’application de la loi sur le parrainage en prélude à la présidentielle de 2019. Le directeur des Libertés Publiques Mouhamadou Moustapha Thioune a tenu un long exposé sur la question devant les gouverneur et des représentants des formations précitées.
Après l’exposé du directeur des Libertés Publiques, une liste a été ouverte pour ceux qui souhaitaient intervenir. Les représentants des partis de l’opposition tels que Le Rewmi, le PDS, AJ, étaient les premiers à prendre la parole pour souligner un certain nombre de points en remettant en cause le parrainage en tant que tel, et critiquant aussi la démarche du ministre de l’intérieur dont certains opposants fustige aussi le fait qu’il soit l’organisateur des élections. Un débat politique à la limite. C’est ainsi qu’avant la poursuite des débats, le gouverneur de la région de Kaolack, Alassane Sall est intervenu pour mettre les points sur les « i » et clarifier davantage l’objet de la rencontre. « Nous ne sommes pas dans un débat politique ou politicien leur a t-il dit. Ce que vous fustigez là, ce n’est pas le lieu. Il fallait le faire à l’assemblée nationale ou dans d’autres lieux où on parle de politique. Ici nous sommes à la gouvernance, nous ne faisons pas de la politique », poursuivait le gouverneur Alassane Sall. A suivi la réplique de Ibrahima Kanté du PDS qui signifie au gouverneur que « si je suis intervenu dans ce sens, c’est en réaction à l’intervention du directeur qui parle ainsi ». Par la suite, le débat s’est calmé et les discussions se sont poursuivis jusqu’à terme.
Le directeur des Libertés publiques qui a fait face à la presse en marge de la rencontre avec les acteurs politiques et l’administration précise que « la collecte des parrains n’à pas du tout de démarré, il faudra attendre dit- il, le modèle de fiche de collecte qui, conformément au code électoral sera déterminé par le Ministre de l’intérieur. C’est sur la base de cette fiche que les candidats iront chercher des parrains » ajoute-il. Il indique dans la foulée que la personne qui parraine un candidat n’est pas tenu de voter pour lui. « Ce n’est pas un engagement à voter pour le candidat que tu as parrainé d’autant plus que le vote est secret », conclut-il.

A propos de l'auteur

Daouda SOW

Laisser un commentaire

Close