A LA UNE Actualité Dakar Kaolack societe

Kaolack : Il y a 43 ans disparaissait Cheikh Al Islam Elhadji Ibrahima Niasse « Baye Niasse », le fondateur de la « Fayda Tidjania »

26 Juillet 1975 – 26 Juillet 2018, voila 43 ans que le fondateur de la Fayda Tidjania, Cheikh Al Islam Ibraihima Niasse dit Baye Niasse qui a vu le jour à Taïba Niasséne dans la région de Kaolack en 1900 et quitta ce monde pour retourner auprès de son Seigneur en 1975 soit 75 ans vécu sur terre. 75 ans de vie exclusivement dédiée à l’éducation et l’enseignement du Coran et de la Sunna du prophète (SWT).

Fils de Sokhna Astou Dianka et de Abdoulahi Niasse, Baye Niasse a fait ses humanités auprès de son illustre père Abdallahi Niasse.

Cheikh AL Islam Ibrahim Niasse a fortement encouragé l’éducation des femmes et ses filles ont fréquenté et mémorisé le Coran au sein des mêmes écoles religieuses que les hommes. Aussi a-t-il affirmé « en matière de connaissances, les femmes devraient rivaliser avec les hommes ».

Cheikh Ibrahima Niasse s’est fait une renommée résultant de vastes connaissances religieuses, historiques, culturelles, scientifiques, philosophiques.

C’est d’ailleurs à l’âge seulement de 18 ans qu’il écrit son premier ouvrage « Rûh al adab », trois ans plus tard il écrit  un traité de soufisme et de la voie Tijaniyya intitulé Kâshif al Ilbas (1930), ces écrits témoignent de ses connaissances ésotériques d’acquisition précoce.

À la mort de son père, en 1922, son frère aîné Mouhammad (Khalifa) prend en charge la communauté des « Niassènes » et Ibrahim enseigne dans les écoles coraniques de son père de Taïba, Kossi et Kaolack. Son érudition et sa piété lui attirent très vite de nombreux adeptes. Dès 1930, il se proclame héritier spirituel de Ahmed Tijani et obtient l’allégeance massive des disciples de son père ainsi que celle de nombreux cheikhs maures qu’il initie à la Tarbiyya (initiation mystique) dont le but est de parvenir à la maarifa (gnose), initiation qui marque la spécificité de sa branche de la Tijaniyya.

Il effectua son pèlerinage aux Lieux saints de l’Islam en  1937. Toutefois son audience reste limitée jusqu’en 1937, année où il effectue son premier pèlerinage à la Mecque et y rencontre l’émir de Kano (nord du Nigéria), Abdoulahi Bayero qui renouvelle son affiliation à la Tijaniyya auprès de lui et l’invite à Kano. Il y obtient l’adhésion de la majorité des oulémas de la Tijaniyya qui, dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, se font les moteurs de l’expansion de son mouvement dans toute l’Afrique de l’Ouest. À la mort de l’émir Abdoulahi Bayero en 1953, son fils Mouhamed Sanuss lui succède et renforce ses liens avec Ibrahim Niasse.

Zeyda Mariama Niasse, fille de Cheikhal Islam Baye Niasse.

Aujourd’hui l’une de ses filles Seyda Mariama Niasse en est la parfaite illustration. Elle a fondé plusieurs établissements où on enseigne le Coran et le français et plusieurs cohortes y sortent après avoir mémorisé le Coran.

Maître Soufi, Baye Niasse était aussi doté d’un sens de la diplomatie. Il a fait rayonner une belle image de l’Islam soufi à travers le monde. C’est dans ce sens qu’il a rencontré de grandes figures politiques telles que Gamal Abdel Nasser, Président de l’Égypte de l’époque et le panafricaniste Kwamé Nkrumah avec qui, il était très lié ou encore Mao Zedong. Baye Niasse défendait la cause africaine sur les plus grandes tribunes dans ces pays.

En 1962, il est promu vice-président du Congrès mondial islamique à Karachi ; il est élu membre de la Conférence générale de l’Académie de recherches islamiques sise au Caire.

Baye Niasse s’est ainsi fait remarqué à l’occasion de tous ses voyages dans divers pays comme le Nigéria, l’Arabie Saoudite, la Chine, le Ghana, le Maroc, l’Égypte, la France, l’Angleterre, la Belgique, l’Indonésie, le Pakistan…

Cheikh al islam El hadj Ibrahima Niasse est rappelé à Dieu au St Thomas’ Hospital de Londres un samedi 26 juillet 1975 à l’âge de 75 ans.

Aujourd’hui c’est Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Ibrahim Niasse qui est le quatrième Khalife de Baye Niasse, il vit à Médina Baye fief de la Fayda.

A propos de l'auteur

Khadim FALL

Laisser un commentaire

Close