SAMASEN 2018
A LA UNE Actualité Environnement Saint-Louis societe

Commune de Saint Louis : Les populations dénoncent l’insalubrité galopante

Adama SENE, correspondant à Saint-Louis.
La ville de Saint- Louis présente depuis quelques semaines une hideuse image. Dans certains quartiers, sur la corniche et autres lieux comme les berges, le décor est meublé par des tas d’immondice. Des saletés, mélangées aux premières eaux de pluie dégagent des odeurs nauséabondes à des dizaines de mètres à la ronde. Une situation qui n’a pas laissé indifférente les populations locales. D’ailleurs elles exigent des autorités municipales à trouver des solutions rapides à ce problème d’insalubrité publique.
La commune de Ndar est trop sale et pleine d’ordures, n’ont cessé de crier les populations. Une situation qui n’a épargné aucun quartier de la vieille cité. Seuls quelques rares coins reçoivent encore les deux camions de ramassage fonctionnels. Dans les autres secteurs de la ville, le ramassage n’est plus quotidien voire même inexistant depuis des semaines. Un décor désolant que les populations dénoncent avec la dernière énergie. A en croire le leader du mouvement citoyen « Wallou Ndar », le non-ramassage des ordures en cette période hivernale, les senteurs pestilentielles, la prolifération des mouches et des moustiques constituent un véritable problème de santé publique.

Des tas d’imondices trainant dans les rues de la ville de Saint-Louis.

« Le maire a la lourde responsabilité de respecter ses promesses de campagne avec son fameux célèbre slogan  »Ndar Set Wecc » parce que Saint-Louis est trop sale et personne ne peut le nier. Pourtant en 2013, on se souvient de la rude polémique que l’actuel édile, Mansour Faye avait entretenu avec son prédécesseur Bamba Diéye, en déroulant par la force un vaste programme de nettoiement de la ville alors qu’il n’était pas à la tête de la municipalité. A présent qu’il est aux commandes, nous avons malheureusement constaté un sombre décor avec une insalubrité galopante et des odeurs nauséabondes qui infestent l’environnement quotidien des populations surtout celles vivant à côté des berges et des quartiers comme Pikine et Goxu Mbacc » a fustigé l’activiste, Zayire Fall. Très remontée, une habitante de Ndioloféne, dénonce les dépôts sauvages d’ordures dans les coins de rue et le nombre réduit de moyens de ramassage d’ordures. « Il n’y a pas longtemps, la mairie a fait un tintamarre pour annoncer qu’elle a acquis des bennes-tasseuses. Et que désormais, la ville serait toujours propre. Malheureusement c’est le contraire qu’on note sur le terrain. Pour toute la ville de Saint-Louis, seuls deux camions ramasseurs collectent et acheminent les ordures ménagères à la décharge de Gandon.

Dépotoire d’ordures de la commune de Saint-Louis.

Toutes les populations sont sous la menace de maladie à cause des saletés » a-t-elle vociféré. Pour les autorités communales, des solutions idoines seront prises pour éradiquer les dépôts sauvages dans les meilleurs délais. « Des engins qui étaient dans le circuit de ramassage, sont en panne mais bientôt ils vont reprendre le travail. Mais il faut avouer que le maire a fait d’énormes efforts pour la salubrité de la ville avec l’acquisition de bennes tasseuses , de poubelles , et d’autres matériels de nettoiement » a confié un collaborateur du maire Mansour Faye. Avant d’inviter les populations à plus de civisme. « Quel que soit l’effort qu’on fournit si les gens ne sont pas bien éduquées et respectées l’environnement, le travail est voué à l’échec. Chaque jour les braves techniciens de surface de la mairie nettoient les berges et autres endroits, mais à peine qu’ils tournent le dos, les populations salissent anarchiquement de nouveau les lieux » a-t-il ajouté.

A propos de l'auteur

Daouda SOW

Laisser un commentaire

Close