A LA UNE Actualité societe

Ramadan : Quand on a les yeux plus gros que le ventre, bienvenue le gaspillage !

Le gaspillage alimentaire dépasse l’imaginaire pendant le mois de Ramadan. Paradoxalement, ce mois sensé constituer une aubaine dans la lutte contre le gaspillage de nourriture, de par sa dimension diététique, l’aggrave en réalité.

Le doigt a longtemps demeuré pointé vers les riches pays du Nord. C’est à eux que la pierre était jetée. Force est de constater qu’aujourd’hui la roue a tourné.

Le Sénégal et d’autres pays tels que le Maroc, l’Algérie et la Tunisie sont maintenant affectés par cette situation. En résumé, ces pays musulmans gaspille la nourriture durant le Ramadan selon la FAO.

« Avoir les yeux plus grand que le ventre ». Cette expression est sans doute le facteur majeur de ce problème. Un tour dans les pâtisseries, dans les grandes surfaces durant ce mois béni, suffirait à tout un chacun pour se rendre compte de cette réalité amère. Une marée humaine avec des sacs débordant de nourriture de toutes sortes, des queues interminables partout ailleurs, chez le boucher ou l’épicier du coin. Une vérité qu’atteste Mme Thior, rencontrée de façon hasardeuse, dans une longue file d’attente « Cela fait environ 20mn que j’attends d’être servi. Mais, on dirait que beaucoup, tout comme moi, sont férus de charcuterie. Tout le monde achète et excessivement. Je reconnais que je le fais aussi. Sincèrement j’ignore pourquoi. A part faire plaisir à ma belle-famille, je ne trouve pas d’explication plausible. Tous les jours, une grande partie de la nourriture finie à la poubelle. Je prépare des mets différents, qui parfois, se retrouve à la poubelle sans même qu’on y ait touché, » dit-elle, un sourire dissimilant une once de culpabilité.

Et, elle n’est pas la seule. Car, ce problème touche une bonne partie de la population. Le tort revient aux femmes. Cependant, selon Seydina Omar : « Elles cassent leurs tirelires à chaque mois de Ramadan. Elles préparent des mets que la famille a du mal à consommer. Près de 2 à 3 plats sont servis avec une variété de jus. Ce qui fait qu’ils soient dans l’obligation de donner les restes aux éleveurs de mouton, de les jeter à la rue ou de les oublier dans les corbeilles car, ne pouvant les utiliser, » fustige-t-il.

Ce phénomène, même la FAO en a fait le constat. « Beaucoup de plats sont préparés et finissent à la poubelle, sans même avoir été consommés en partie », fait-elle remarquer.

Un agent chargé du nettoyage de la ville, rencontré à gueule tapée, en pleine séance de ramassage des ordures. Il nous confie que le taux des ordures est nettement plus élevé depuis le début du mois. « Cela fait des années maintenant que nous en avons fait la remarque. Pendant le Ramadan, la nourriture rempli les poubelles. Elle est laissée à la merci des animaux, alors que les personnes démunies, les mendiants pullulent dans ce pays, » se désole-t-il.

Ce qui est à la limite incompréhensible, soutient M. Ndong, professeur de SVT, c’est que des pauvres gaspillent plus que les riches. « Notre pays est l’un des plus pauvres au monde. Cette situation ne se fait pas seulement pendant le Ramadan. En dehors du mois béni aussi, on en voit, surtout lors des cérémonies ou des grands événements. Et, au-delà de cet aspect, il y a en outre, une perte financière, » explique-t-il, l’air outré.

Période d’abstinence, ce mois est devenu au fil du temps, une occasion de consommation frénétique. Ce qui a poussé certains à réfléchir sur le moyen à adopter, afin d’éradiquer cette situation. Une solution est donc attendue.

La première évoquée est l’introspection.

A propos de l'auteur

Mame Khary Leye

Laisser un commentaire

Close