A LA UNE Actualité football sport

COUPE DU MONDE 2018 : Présentation équipes Groupe B (Portugal-Espagne)

PORTUGAL

Créée en 1921, la sélection portugaise connaît son premier fait de gloire lors de la Coupe du monde 1966, au cours de laquelle elle élimine notamment le Brésil, double tenant du titre, et n’est éliminée qu’en demi-finale par le pays-hôte et futur vainqueur, l’Angleterre. Elle compte alors dans ces rangs Eusébio, vainqueur du Ballon d’or 1965 et meilleur buteur du tournoi, considéré comme l’un des meilleurs footballeurs de l’histoire.

Après une longue période de résultats décevants, le Portugal dispose depuis le début des années 2000 d’une des meilleures sélections en Europe, autour de Luís Figo puis de Cristiano Ronaldo, tous les deux lauréats du Ballon d’or. Le Portugal a atteint à cinq autres reprises les demi-finales d’un tournoi international, lors des championnats d’Europe de 198420002012, de la Coupe du monde 2006 et de la Coupe des Confédérations 2017.

ESPAGNE

Née en 1920 à l’occasion des Jeux olympiques d’Anvers, la sélection espagnole compte à son palmarès une Coupe du monde remportée en 2010 en Afrique du Sud face aux Pays-Bas, et trois Championnats d’Europe, remportés en 1964, en 2008 et en 2012.

Le titre européen de 2012 permet à la formation espagnole d’établir plusieurs records : elle est la première équipe de l’histoire à gagner une « triple couronne » internationale, en l’occurrence deux titres continentaux entrecoupés par un sacre mondial, la première à conserver un titre européen et enregistre le plus gros écart de buts dans une finale européenne ou mondiale (4-0 face à l’Italie).

En éliminatoires de la Coupe du monde 2014, l’Espagne devance la France, son principal adversaire, grâce à une victoire au Stade de France (1-0). Présentée comme l’une des favorites logiques à sa succession, la formation de Del Bosque retrouve pour son entrée en lice son adversaire de la finale 2010, les Pays-Bas. Malgré l’ouverture du score sur pénalty, les Espagnols accumulent les erreurs individuelles et concèdent une lourde défaite (1-5) 54. Le second match face au Chili, le 18 juin au Maracanãde Rio de Janeiro, s’avère crucial ; manquant cruellement d’efficacité, l’Espagne s’incline (0-2) et se trouve éliminée. Avec une équipe largement renouvelée, l’Espagne ne peut plus que sauver l’honneur face à l’Australie (3-0). Le tournoi marque la fin des carrières internationales de plusieurs cadres des années passées, David Villa, Xavi et Xabi Alonso.

A propos de l'auteur

Mamadou Diagne

Laissez un commentaire

*

Close