A LA UNE Actualité politique Saint-Louis societe

Saint Louis – Visite du leader du Pastef à Goxu Mbacc : Le député Ousmane Sonko brocarde le « Macky »

De Adama SENE, Saint-Louis

Les leaders politiques de l’opposition continuent toujours de défiler dans la langue de Barbarie pour partager la douleur des victimes et constater de visu les graves dégâts causés par la furie des vagues de la mer. Le dernier à visiter la localité dévastée est l’honorable député Ousmane Sonko. Une visite que le président du Pastef, a saisi pour tirer encore à boulets rouges sur le régime de Macky Sall, qui au lieu de proposer des solutions curatives se limite à palliatives qui n’ont tenu que le temps d’une rose avant de céder.  

 La Langue de Barbarie, est plus que jamais menacée de disparition avec l’avancée de la mer, telle est la déclaration faite par Ousmane Sonko lors de la visite de la digue de protection de Goxu Mbacc. « Après avoir crié sous tous les cieux, la mise en œuvre d’un plan d’urgence pour la Langue de Barbarie, l’on se rend compte que la montagne a accouché d’une souris. Malheureusement, ce sont des solutions palliatives qui sont proposées. Lesquelles solutions n’ont guère résisté à la furie des vagues. D’ailleurs les populations ont témoigné de l’inefficacité des actions en cours parce qu’avant que les travaux ne soient livrés,  des pans entiers de la digue se sont déjà écroulés. Raison pour laquelle la solution curative serait plutôt de penser à une poldérisation » a soutenu le député Sonko.  A en croire le leader du Pastef, le Président Sall et son gouvernement utilisent des astuces  pour tromper les populations de guet-Ndar et environs, pourtant les pêcheurs traversent des moments très douloureux. « Les populations de la langue de barbarie vivent de nos jours une crise économique sans précèdent. La pêche, principale activité des populations, connait des difficultés profondes et la responsabilité de l’Etat y est grandement engagée. Puisque c’est lui qui a donné carte blanche à des navires étrangers qui ont usé, à leur guise, de toutes les techniques de pêche dévastatrices imaginables. Impuissants devant une telle hécatombe, ces pêcheurs n’ont d’autres solutions que d’aller scruter le poisson en territoire étranger notamment en Mauritanie engendrant des tueries barbares de jeunes comme ce fut le cas récemment à Guet Ndar. Hélas, le triste constat est que ces braves pêcheurs sont livrés à eux-mêmes » a ajouté Ousmane Sonko.  Le président de Pastef n’a pas également manqué de dénoncer les mauvaises conditions de vie des populations de la Langue de Barbarie déplacées à Khar Yalla sur la route de Rosso.  « Ce que nous avons constaté sur place dépasse l’entendement. Des milliers de personnes sont entassées dans des tentes et laissées à elles-mêmes sans aucune assistance. Elles vivent sous le froid pendant l’hiver et sous la chaleur pendant l’été. Pourtant l’Etat gaspille ailleurs des milliards dans des futilités alors que l’urgence est ici pour sauver des vies humaines mais aussi la ville de Saint-Louis fortement menacée » a signalé le président du Pastef. Interpellé sur la sortie du ministre de la Justice concernant le parrainage aux prochaines présidentielles de 2019, le leader des Patriotes n’a pas mis de gants pour le « boxer ». Selon lui, il n’a pas à s’occuper de gens qui changent de discours suivant les positions. « Ce n’est pas lui qui va décider s’il y aura un second 23 Juin ou non mais plutôt ce sont les sénégalais qui décideront. Qu’il se le tienne pour dit, leur forfaiture ne passera pas parce que le peuple fera face au moment opportun » a-t-il conclu.

A propos de l'auteur

Daouda SOW

Laisser un commentaire

Close