A LA UNE Actualité Presse du jour

Presse du jour : La procès de Barthélémy Dias, la rupture de certains médicaments dans les pharmacies, ainsi que la politique à la Une des quotidiens du vendredi 6 avril

Les journaux parus ce vendredi 6 avril 2018 traitent pour la plupart de divers sujets. Mais le procès de Barthélémy Dias qui s’est ouvert ce jour au tribunal de Dakar, ainsi que la rupture fréquentes de certains médicaments au Sénégal et la politique sont plus mis en exergue.

Enquête fait à sa Une la « radioscopie d’un mal » en évoquant les « ruptures fréquentes de médicaments au Sénégal ». Le journal qui s’est approché de la pharmacie nationale d’approvisionnement a recueilli l’avis de ses responsables. Ces derniers justifient la rupture par la « commande publique, les défaillances du fournisseur,  les procédures administratives… ». Des justifications qui sont loin de convaincre le ministre de la Santé Abdoulaye Diouf Sarr qui soutient que « Tout ce qui peut être fait, doit l’être pour qu’il n’y ait pas de rupture. Quitte à revoir les procédures. »

La rupture de médicaments au Sénégal est aussi abordée par Diouf Sarr dans Vox Populi. Pour le ministre de la Santé, « Aucune procédure ne peut justifier une rupture ». A la page 5 du journal, Abdoulaye Diouf Sarr estime qu’entre « la DPM (direction de la pharmacie et du médicament, la PNA (pharmacie nationale d’approvisionnement et les établissements publics de santé ainsi que les districts et l’ensemble des acteurs, il doit y avoir une coordination telle qu’on ait de manière permanente des médicaments disponibles ». Il a aussi révélé que « la rupture, cela est ma préoccupation ». Une inquiétude du ministre de la Santé sur le point d’être résolue. Si l’on en croit Annette Seck Ndiaye, directrice de la PNA, « Les médicaments  en rupture sont attendus dans les meilleurs délais ».

C’est aussi dans les meilleurs délais que les partisans du maire de Mermoz-Sacré cœur attendent la libération de Dias fils. « Procès de Barthélémy Dias ce matin, ses proches sonnent la mobilisation ». 

A la Une de L’AS quotidien aussi, « Les Khalifistes sonnent la mobilisation. Dias-fils jugé en flagrants délits ce matin, le sort de Barth entre les mains de Yakham Keïta ». Ce dernier « officiait à la chambre civile et commerciale jusqu’à la création du tribunal du commerce ». Dans le journal, le confrère Seydina Bilal Diallo rappelle que le maire de Mermoz-Sacré cœur doit répondre des délits « d’outrage à magistrat, discrédit sur une décision juridictionnelle et appel à un attroupement non armé et on suivi d’effets ». Poursuivant, le confrère de L’AS revient sur le juge Yakham Keïta qui hérite du dossier.

Le dossier de Bathélémy Dias fait réagir son père dans Vox Populi. Une « sortie virulente du leader du BCG… ». « Jean Paul Dias, le sang du Christ et les ennemis de son fils ». Dans le journal du groupe Link Média, « Dias père réfute l’incitation à l’insurrection et souligne qu’appeler les gens à descendre dans la rue, cela peut signifier pour marcher, pour un sit-in, c’est un acte de protestation ».

La protestation, c’est d’ailleurs ce que comptent poursuivre les syndicats d’enseignants en grève depuis plusieurs mois. Selon Abdoulaye Ndoye, SG du CUSEMS qui s’est confié aux confrères de l’AS « ce que dit Macky Sall n’est pas conforme à nos revendications ». Dans le quotidien du groupe 3M COMM, le syndicaliste recadre le débat sur les indemnités de logement en ces termes : « le Président de la République parle de revalorisation alors que nous parlons d’alignement de l’indemnité… Nous avons fait des propositions dans tous les corps où il y a des indemnités. Pour le niveau Bac, l’indemnité tourne autour de 100.000frs CFA ; ceux qui sont Bac+2, 125.000frs CFA ; Bac+4, 150.000frs CFA et Bac+6, 200.000frs CFA ». « C’est un principe de justice sociale et d’équité » soutient Abdoulaye Ndoye.

A la Une de Source A, la justice est aussi à l’honneur. Les confrères du journal se sont entretenus avec le professeur Ndiack Fall, pénaliste et enseignant à l’UCAD. Selon le Pr de droit, « Aussi bien Karim que Khalifa peuvent se présenter en 2019 ». Il explique que « Karim Wade est électeur et présidentiable…, Rien ne s’opposerait juridiquement à son retour au Sénégal… Seulement, dans le casier judiciaire du candidat libéra, il figurera la condamnation qui est l’un des freins à son ascension vers le sommet…Khalifa Sall est électeur et éligible, même en restant en prison… ».

Les douaniers de Khossanto, eux pourraient échapper à la prison. En effet, « le procureur requiert un an avec sursis contre les deux douaniers présumés meurtriers ».

Politique dans Vox Populi, « Wade, Idy, Macky, Karim : ironies de l’histoire. Comment les Wade abattent leurs cartes ». Selon Vox, « ces retrouvailles pourraient être fatales à Macky Sall ».

Le Témoin plaque à sa Une, une autre catastrophe, mais dans les universités publiques. Selon le journal, « 500 enseignants à la retraite d’ici 3 ans, 70% d’entre eux sont des professeurs de rang magistral, la réforme des grades vivement décriée ».

Dans le même journal, la consoeur Maimouna Faye Fall nous décrit les « dessins érotiques sur les draps de lit, petits pagnes, nuisettes,etc. Quand le sexe s’expose dans la rue ».

A propos de l'auteur

Daouda SOW

Laissez un commentaire

*

Close