Actualité Afrique international

Mali : Naissance d’un front de l’opposition pour l’alternance

Au Mali, une cinquantaine de partis politiques et une centaine d’associations ont signé dimanche un manifeste pour l’alternance et le changement.

A trois mois du premier tour de la présidentielle au Mali prévu le 29 juillet prochain, l’opposition a réuni des milliers de personnes au Palais de la culture de Bamako.

Au cri de « changement », les sympathisants et militants de l’opposition malienne sont venus dénoncer le bilan du Président Ibrahim Boubacar Keïta.

Ils estiment que l’alternance est nécessaire lors de la présidentielle de juillet et le manifeste signé par les leaders de l’opposition dont plusieurs candidats déclarés à la présidentielle accable le régime du Président sortant.

Le chef de file de l’opposition, Soumaila Cissé, parle d’importants « efforts déployés pour mettre en place cette coalition » et parvenir à la signature du manifeste.

Le manque de moyens pour les forces armées maliennes, la corruption, la paupérisation des populations et l’insécurité sont autant de maux sur lesquels l’opposition surfe pour exposer les manquements du régime sortant après cinq ans à la tête du Mali.

Tiébilé Dramé, un des leaders de l’opposition estime que « l’alternance est une question de survie nationale ».

Le manifeste ne consacre pas une candidature unique issue de l’opposition pour la présidentielle.

Il prévoit plutôt que les signataires apportent leur soutien au candidat de la coalition qui arrivera au second tour de l’élection.

Dans le même temps, la majorité présidentielle était réunie à huis clos dans un hôtel de Bamako. Ce conclave vise à lancer une coalition pour soutenir la candidature du Président Ibrahim Boubacar Keita pour un second mandat.

A propos de l'auteur

Mame Khary Leye

Laissez un commentaire

*

Close