Actualité Afrique international

Côte d’Ivoire : Un vaste trafic de voitures de luxe mis au jour par la douane ivoirienne

Cette affaire avait été révélée par le journal satirique ivoirien L’Eléphant déchaîné. En l’espace d’un peu plus d’un an, plus d’un millier de grosses cylindrées ont été immatriculées frauduleusement, sans suivre le processus normal de dédouanement par le Guichet unique automobile.

Des Audi, Porsch, Maserati, des 4×4 Land Rover. En tout, ce sont plus d’un millier de véhicules de luxe, neufs, importés, qui ont été immatriculés entre début 2017 et le premier trimestre 2018, sans que la douane ivoirienne n’ait perçu le moindre franc CFA.

C’est mi-avril, à l’issue d’un contrôle de routine, que les services douaniers du port d’Abidjan notent des incohérences entre leurs fichiers informatiques et physiques. L’Inspection générale des douanes est alors saisie et au bout de deux semaines d’enquête, elle met au jour la vaste fraude.

« Ce que nous avons constaté, c’est que lorsque les véhicules sont importés, soit des fausses déclarations en douane sont présentées, soit on ne présente aucune déclaration et on réussit à immatriculer le véhicule via un circuit parallèle. On a affaire à un réseau de trafic d’importation de véhicules de luxe à fort potentiel fiscal en collision avec certains responsables de la plateforme du Guichet unique automobile », explique le colonel Albert Kadio, l’inspecteur général des douanes.

Le Guichet unique automobile regroupe sur un même site l’ensemble des structures en charge des dossiers de dédouanement et d’immatriculation. Des services de l’administration : tels que la douane, les ministères du Commerce et des Transports et des entreprises privées telles que Quipux ou Côte d’Ivoire Logistique.

Selon l’inspection générale des douanes, tous les maillons de la chaîne seraient impliqués dans la fraude. Avec des frais de dédouanement qui varient selon les modèles entre 10 et 20 millions de francs CFA (15 000 et 30 000 euros), les pertes de recettes pour l’Etat ivoirien sont donc importantes.

La douane ivoirienne a porté plainte et une enquête a été ouverte vendredi et confiée à un juge d’instruction.

A propos de l'auteur

Mame Khary Leye

Laissez un commentaire

*

Close