A LA UNE Actualité Matam politique

Matam : Les libéraux lancent la candidature de Karim Wade dans le bastion de l’APR

De Thierno Baye DIÈNE, Matam
C’est au cœur du Bossea, dans la commune de Orefonde que le parti démocratique sénégalais (PDS) du Fouta a officiellement lancé la candidature de Karim Wade à l’élection présidentielle de 2019. Les militants libéraux des 3 départements de la région de Matam et ceux du département de Dagana sont venus répondre à l’appel de Abdoul Malal Diop qui tenait un meeting dans son fief. Malgré les nombreuses défections enregistrées par le PDS dans la région, avec notamment Sada Ndiaye et Seydou Kébé, les militants n’ont pas déserté les rangs du pape du sopi et ils avaient tenu à le montrer à travers une mobilisation bien réussie. « C’est le premier meeting du PDS qui s’est tenu ici à Orefonde depuis 2012, alors si on parvient à mobiliser toutes ces personnes, c’est vraiment un gage de confiance. » avoue un militant.
L’ancien ministre des sénégalais de l’extérieur sous l’ère Wade a commencé son speech en annonçant à la foule que « le candidat Karim Wade va bientôt rentrer au Sénégal » et de soutenir son affirmation « si je n’en avais pas la certitude, je n’allais pas l’affirmer ». Cette affirmation a fait se lever une foule en liesse.

Ces populations très éloignées de la capitale n’avaient que de vagues échos sur le potentiel candidat du PDS qui s’était enfermé dans un long mutisme depuis sa sortie de prison.
Le choix de Orefonde pour lancer la candidature officielle de Karim Wade n’est pas gratuit si l’on en croit à Abdoul Malal Diop « Orefonde est une ville symbole, car c’est ici que El Hadj Omar Tall a entamé sa victorieuse croisade. Ainsi, toute entreprise qui démarre à Orefonde sera couronnée de succès ». Cependant faire triompher le PDS à Orefonde constitue un véritable défi pour l’ex ministre, d’autant plus que cette commune dirigée par Amadou Yero Ba fait partie des premières localités à basculer dans le camp de Macky Sall. Mais Malal n’a plus de doute et soutient que la victoire aux prochaines joutes présidentielles est à portée de main.
Au sujet du parrainage brandi par la mouvance présidentielle, Malal Diop a rétorqué qu’il s’agissait d’une « mauvaise idée » et que s’il était le Président il ne soumettrait pas cette idée aux députés. Pour corroborer ses arguments, il rappela la fameuse « journée du 23 juin » pour prédire le danger qui guette le chef de l’Etat s’il s’entête à vouloir aller au bout de ses idées.
Avec ce grand rassemblement tenu dans le « bosséa », c’est une grosse pierre que l’opposition a jeté dans le jardin de l’APR et une éventuelle victoire du PDS dans cette zone serait un véritable crime de lèse-majesté à l’égard des responsables apéristes, qui considèrent Matam, comme « le titre foncier du Président Macky Sall ».

A propos de l'auteur

Daouda SOW

Laissez un commentaire

*

Close