Actualité etats unis international

Etats-Unis : Linda Brown, la petite fille qui a mis fin à la ségrégation scolaire s’est éteinte

Son nom était associé à la lutte pour les droits civiques des noirs américains. En 1951, la petite écolière noire nommée Linda Brown avait permis de mettre fin à la ségrégation dans les écoles aux Etats-Unis. Son refus d’inscription dans une école publique réservée aux blancs dans le Kansas avait été porté devant la Cour suprême des Etats-Unis, qui lui avait donné raison.

La détermination de Linda Brown, décédée ce 26 mars à l’âge de 76 ans, à étudier dans une école de blancs avait mis fin à la ségrégation scolaire aux Etats-Unis.

En 1951, à une époque où la plupart des Etats du Sud séparent les enfants noirs des jeunes blancs dans les écoles, Olivier Brown demande pourtant à inscrire sa fille de 9 ans, Linda, dans une école publique de blancs à Topeka au Kansas. L’inscription lui est refusée. Motif : Linda est noire. Elle doit s’inscrire dans une école réservée aux noirs nettement plus éloignée du domicile familial.

Le père de Linda Brown décide alors de porter l’affaire en justice. Sa plainte collective est soutenue par la puissante organisation de défense des Afro-américains, la National Advancement Association for the Advancement of Colored People (NAACP).

« Ultime symbole de la suprématie blanche »

Au terme d’une longue procédure, la Cour suprême américaine juge à l’unanimité la ségrégation scolaire contraire à l’article 14 de la Constitution qui garantit à chacun une égale protection de la loi. Il s’agit du célèbre arrêt Brown versus (Board of Education), rendu le 17 mai 1954, date-phare des droits civiques.

Soixante-quatre ans plus tard, Linda Brown s’est éteinte à 76 ans ce 26 mars. La NAACP lui a rendu hommage avec ces mots : « Linda Brown est une de ces jeunes héroïques qui, avec leur famille, ont courageusement combattu cet ultime symbole de la suprématie blanche. Elle restera un exemple, celui d’écoliers ordinaires qui ont transformé ce pays ».

A propos de l'auteur

Mame Khary Leye

Laisser un commentaire

Close