Actualité Afrique asie etats unis europe international societe

A chaque pays, sa façon d’accueillir le nouvel an

La terre a vibré, le ciel s’est illuminé ce 31 décembre 2017. Les terriens de tous les continents ont célèbré la saint Sylvestre, marquant le début d’une nouvelle année, avec chacun, sa touche personnelle.

Sydney ouvre le feu

Sydney avait été à 14h00 (en Suisse) la première mégapole à entrer dans 2018, avec 1,5 million de personnes venues sur les bords de son emblématique baie par une belle soirée d’été pour assister au traditionnel feu d’artifice. Celui-ci incluait une cascade arc-en-ciel d’engins pyrotechniques tirés depuis le fameux Harbour Bridge.

A Londres, plus de 100’000 personnes se sont procurées un billet pour assister au feux d’artifice depuis les rives de la Tamise. Pour respecter la tradition, Big Ben a sonné les douze coups de minuit. Mais cette année, il a fallu relancer l’horloge, à l’arrêt pour travaux.

Après l’Océanie, l’Asie et l’Europe, l’Amérique a basculé en 2018. Les habitants de Rio de Janeiro ont été dans les premiers du continent à célébrer la nouvelle année. Ils ont été suivis trois heures plus tard par les new yorkais.

Par une température de -12 degrés Celsius, près de deux millions de personnes ont défié le froid polaire qui s’est abattu sur le nord des Etats-Unis pour venir assister à la traditionnelle descente de la boule du nouvel an sur Times Square, à New York.

Plus au sud, à Rio de Janeiro, au Brésil, ils étaient près de trois millions, la plupart habillés tout en blanc comme le veut la tradition, à assister au feux d’artifices sur la plage de Copacabana.

La fête s’est ensuite déplacée vers l’Asie, avec, à Hong Kong, un impressionnant spectacle de 10 minutes, marqué avant même les 12 coups de minuit par des apparitions d’« étoiles filantes » tirées depuis les gratte-ciel surplombant Victoria Harbour.

Aux Philippines, les célébrations étaient, comme à l’accoutumée, marquées par une débauche de pétards. A Djakarta, un demi-millier de couples se sont dit « oui » dans un gigantesque mariage collectif organisé par le gouvernement.

A Dubaï, le traditionnel feu d’artifice
a été remplacé par un spectacle laser sur Burj Khalifa, la tour la plus haute du monde (828 mètres), où les couleurs vert, blanc, noir et rouge des Emirats arabes unis ont été projetées, ainsi qu’un portrait du cheikh Zayed bin Sultan Al-Nahyandu, fondateur de la fédération.

Spectacle à l’arc de triomphe

A Paris, plusieurs centaines de milliers de personnes se sont réunies sur les Champs-Élysées pour « enterrer 2017″ et célébrer la nouvelle année.

Après le compte à rebours, l’Arc de Triomphe s’est embrasé du traditionnel feu d’artifice avec plusieurs dizaines de milliers de spectateurs, dont des touristes du monde entier.

A Moscou, les principaux boulevards et places étaient décorés et un feu d’artifice a illuminé 36 bâtiments de la capitale russe.

Surveillance maximale en Turquie

Hantée par le souvenir du tragique nouvel an 2017, où un attentat avait fait 39 morts dans la plus célèbre discothèque d’Istanbul, le Reina, les autorités turques ont interdit les rassemblements sur l’emblématique place Taksim d’Istanbul et dans d’autres quartiers animés.

En Espagne, la tradition exclusive, suivie pour la totalité des Espagnols est celle de 12 raisins de la chance, consistant à manger un raisin lors de chaque coup de cloche qui annoncent minuit. Celui qui réussit à manger tous les raisins dans le temps imparti, aura une nouvelle année pleine de chance et de prospérité. Cet événement est retransmis en direct par la télévision,tant sur les chaînes nationales comme régionales. Depuis leurs maisons ou dans les restaurants, les espagnols attendent le moment du premier coup de cloche pour commencer à manger les douze raisins. On mange un raisin chaque trois secondes, un pour chaque coup de cloche. Sans doute, il y a un endroit en Espagne spécialement fameux par cette tradition : la Puerta del Sol de Madrid où des milliers de personnes se réunissent devant son horloge.

En Afrique du Sud, incroyable mais vrai ! Le lancé d’objets usés à travers la fenêtre le 31 décembre est devenu une véritable tradition pour les habitants du quartier de Hillbrow, à Johannesburg. Des frigos, lits, meubles, télévisions, fours… Tout peut être jeté par la fenêtre. Pour les habitués de cette coutume plus qu’étrange, c’est un excellent moyen de se débarrasser des vieux objets.

A propos de l'auteur

Mame Khary Leye

Laissez un commentaire

*

Close