A LA UNE Actualité Education societe Ziguinchor

Ziguinchor : Avec ses 5 lycées, Thionck Essyl ne compte pas de série scientifique S 1

De Youssouf DIMMA, Ziguinchor

Dans la région de Ziguinchor, il est une localité traditionnelle nommée Le Blouf, qui compte 27 villages tous situés au nord-ouest de la commune de Ziguinchor, dans le département de Bignona. Cette localité, dont la capitale est la très populaire commune de Thionck Essyl, compte tout au plus cinq lycées d’enseignement général. Le principal problème du Blouf, sur le plan éducatif, est qu’aucun de ses cinq lycées n’abrite la moindre série scientifique S 1 où les mathématiques et les sciences physiques sont les matières « reines » avec chacune affectée du coefficient 8.

Cette situation est « très prise au sérieux » par les populations des 27 villages du Blouf ; à commencer par les responsables de la fédération de l’ensemble des associations en activité dans cette partie du pays et dans sa diaspora. Le « Buluji », puisque c’est d’elle qu’il s’agit, a, en effet, placé cela au cœur de la 7èmeédition de la journée de l’excellence qu’elle a organisée samedi 25 novembre à Thionck Essyl.

Plusieurs intellectuels originaires du Blouf ont pris part à cette manifestation dédiée à l’excellence dans les établissements scolaires. C’est notamment le cas de l’ancien ministre des forces armées Youba Sambou, l’ancien député Moussa Diédhiou mais surtout le Professeur agrégé en médecine Ansoumana Diatta par ailleurs actuel chef du service pneumologie à l’Hôpital de la Paix de Ziguinchor.

C’est ce dernier qui a été choisi pour être le parrain de la manifestation intellectuelle. Interrogé sur cet état de fait dans le Blouf, le Professeur Diatta a déclaré « sa stupéfaction, (son) étonnement et (son) ahurissement face à cette situation incompréhensible ». Pour lui, « il y a plus de 20 ans, c’était 80% des élèves qui réussissaient au brevet qui étaient orientés dans les séries scientifiques dont l’équivalent de l’actuelle série S 1 et seule une infime partie d’entre eux échouait, pourquoi cette tradition a été délaissée ? »

Ce professeur à l’Université Assane Seck de Ziguinchor a « invité les enseignants, entre les mains de qui tous les fonctionnaires passent, à mettre un accent particulier sur les matières scientifiques afin d’avoir dans le futur de véritables scientifiques qui passeront évidemment par les séries S 1 ».

Le parrain de la 7ème journée de l’excellence du « Buluji » a d’autre part « suggéré aux parents d’élèves d’être plus regardants sur les études de leurs enfants, leurs performances scolaires et de faire tout pour que leurs enfants soient parmi les meilleurs possibles ».

La présence de l’inspecteur d’académie Ismaila Diouf, a été mise à profit par cet intellectuel pour « demander au ministre de l’éducation d’ouvrir des séries scientifiques dans les lycées du Blouf ».

Le président du « Buluji », Ousmane Diémé a, lui, « lancé un appel aux professeurs de lycée originaires du Blouf, d’accepter de se faire affecter chez eux afin de participer à la formation scientifique de leurs frères, leurs enfants et leurs neveux ». Pour lui, « c’est la solution qui peut encourager le ministère de l’éducation à l’ouverture de la série S 1 dans l’un des cinq lycées du Blouf ». Ousmane Diémé a insisté « sur le fait qu’au moins une seule série S 1 » aurait pu être ouverte au plus grand lycée du Blouf, à savoir celui de la commune de Thionck Essyl.

A propos de l'auteur

Daouda SOW

Laisser un commentaire