Actualité asie international

Le Pape François est arrivé en Birmanie ce 27 novembre

Le Pape François est ce lundi 27 novembre en Birmanie pour une visite aussi inédite que délicate, dans un pays majoritairement bouddhiste, accusé récemment « d’épuration ethnique » contre la minorité musulmane des Rohingyas.

« Alors que je me prépare à visiter le Myanmar et le Bangladesh, je désire exprimer à leurs peuples, salutation et amitié. Je suis impatient de vous rencontrer ! », a twitté le souverain pontife juste avant son départ, utilisant l’autre nom de la Birmanie.

Pour son 21e voyage, le Pape se rendra également au Bangladesh, autre pays asiatique marqué par de fortes tensions religieuses et sous les projecteurs avec l’exode forcé des Rohingyas. Environ 620.000 d’entre eux ont fui depuis fin août leurs villages de l’Etat Rakhine, dans l’ouest de la Birmanie, pour échapper à une campagne de répression de l’armée, qualifiée « d’épuration ethnique » par les Nations unies.

Les déclarations du souverain pontife concernant le sort des Rohingyas seront scrutés à la loupe dans un pays sous forte tension inter-religieuse. Le Pape n’a pas hésité à dénoncer à plusieurs reprises ces derniers mois le traitement réservé à ceux qu’il appelle ses « frères Rohingyas », au risque de froisser la majorité bouddhiste du pays. Il doit notamment s’entretenir avec le chef de l’armée, Min Aung Hlaing, qui est accusé par les organisations de défense des droits de l’Homme d’être le principal responsable de la campagne de répression. La semaine dernière, la Birmanie et le Bangladesh ont annoncé un accord sur un retour des réfugiés Rohingyas, mais le chef de l’armée s’est déjà dit opposé à leur retour en masse.

Le Pape François rencontrera également la dirigeante birmane et prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi, dont l’aura internationale a été fortement ternie par son manque d’empathie affiché pour les Rohingyas.

« Je vous demande de m’accompagner par la prière, afin que ma présence soit pour ces populations un signe de proximité et d’espérance », avait déclaré le Pape dimanche 26 novembre 2017.

Cette visite est aussi scrutée de près par les réfugiés Rohingyas, qui ont raconté depuis le Bangladesh les exactions de l’armée birmane, viols, meurtres, tortures, etc.

« Si le Pape venait à évoquer de façon appuyée le sujet, cela attiserait les tensions », explique Richard Horsey, analyste indépendant basé en Birmanie.

Sa visite aura peut-être l’influence positive que le peuple Rohingyas, et le monde attend.

A propos de l'auteur

Mame Khary Leye

Laisser un commentaire