A LA UNE Actualité Dakar Education

« Je ne suis pas pour la formation en adéquation avec l’emploi… », dixit Mary Teuw Niane

Synapse Center a reçu le ministre de l’Enseignement supérieur Mary Teuw Niane dans le cadre de son traditionnel « leadership talk » ce mardi 24 octobre. L’ancien recteur de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis a notamment décliné sa vision de l’Enseignement supérieur et les innovations apportées dans ce secteur dont il est le ministre depuis octobre 2012 sous Abdoul Mbaye.

« Je ne suis pas pour la formation en adéquation avec l’emploi, sinon on va fermer les universités », a affirmé le ministre de l’Enseignement supérieur Mary Teuw Niane dans les locaux de Synapse Center où il était l’invité du jour. Selon lui, sa position se justifie par le fait « qu’il n’y a pas assez d’entreprises au Sénégal. » Il préconise de voir la formation autrement c’est-à-dire, « une formation qui est elle-même moteur de la création d’entreprises. »

Depuis quelques années, le Sénégal se tourne de plus en plus vers un système d’enseignement supérieur avec des formations professionnelles. Et selon le ministre auteur d’un recueil de poèmes, la professionnalisation permet d’inculquer aux étudiants une culture de l’entrepreneuriat, de l’innovation, de la propriété intellectuelle etc. « C’est une idée difficile qui est en filigrane dans la réforme et qui est portée par ces nouvelles universités », explique-t-il. Pour lui, la création des Instituts d’Enseignement professionnel (ISEP), est la preuve de la mise en œuvre de cette politique.  « Les ISEP sont une innovation sénégalaise. Avant on faisait des formations courtes à travers les DUT et BTS. La spécificité des ISEP est qu’ils sont des bac+2 alternance étude-entreprise et la formation en situation de travail », explique-t-il.

« L’enseignement virtuel du Sénégal, le futur de l’enseignement supérieur »

Si Mary Teuw s’enorgueillit des ISEP, il estime que la plus grande innovation est celle de la création de l’université virtuelle du Sénégal (UVS). « C’est le futur de l’enseignement supérieur au Sénégal et dans le monde », explique-t-il tout fier à propos de l’UVS qui a été créée selon lui en adéquation au concept sénégalais. L’UVS va d’ailleurs accueillir 8 000 nouveaux bacheliers cette année et ce malgré les critiques qui s’abattent sur cette entité. Mary Teuw Niane balaie d’un revers de la main ces dernières, pour lui, l’année académique écoulée a relativement été calme dans une interview qu’il avait accordé à Teranga News.

Une vision optimiste qui tranche d’avec celle d’Oumar Bâ, ce dernier dresse un tableau sombre de cette réforme dont se targue le ministre. « Je suis de la première promotion de l’UVS, mais nous sommes toujours en licence 3, nous y sommes depuis 2013 », se plaint-il. L’étudiant déplore également un problème de connexion, « le renouvellement de la connexion pause d’énormes difficultés, actuellement je me débrouille pour acheter du pass internet. La connexion que l’UVS envoie n’arrive plus à temps et je reste des mois sans qu’il m’envoie la connexion », explique Oumar Ba.

Mary Teuw Niane quant à lui prévoie la construction davantage d’Espaces Numériques Ouverts (ENO) dans chaque département au moins et deux ou trois dans les départements qui produisent plus de bacheliers. Ils permettront d’avoir 21 000 places simultanées en vidéo conférence sur l’ensemble du territoire national.

A propos de l'auteur

Papa Atou Diaw