A LA UNE Actualité Contribution politique

Commentaire : Macky Sall, un ogre dans l’arène politique

Macky Sall, l’enfant de Fatick a grandi et pris des galons dans la politique au Sénégal. Lui qui était juste pour un « bon-exécutant » pour Wade, a fini de cannibaliser les poids lourds de la scène politique sénégalaise et de faire imploser ceux qui ont refusé son appel du pied.

Après les bisbilles qui sont survenus entre Abdoulaye Wade et Idrissa Seck, le pape du sopi a jeté son dévolu sur le placide Macky Sall alias Niangal Sall. Macky Sall qui gravissait tranquillement les échelons se retrouvent premier ministre de Wade, Niangal y jouera un rôle de faux docile à merveille. Idrissa Seck l’a maintes fois accusé d’avoir été le bras armé de l’affaire des chantiers de Thiès. Etait-ce une façon pour Niangal Sall de gagner la confiance de Laye Ndjombor ? May be…

Macky Sall découvrira son visage de fin politicien en commettant (exprès) le crime de « lèse-majesté » en cherchant à auditer le rejeton de Laye Ndjombor, Karim Wade dans l’affaire de l’ANOCI (Agence Nationale de l’Organisation de la Conférence Islamique). Ce qui va déclencher l’ire des « fous du roi » qui s’activeront pour réduire le mandat de cet « insolent » Niangal Sall de 5 à 1 an et le pousser à la démission. Macky Sall, ancien de l’AJ/PADS a entretemps formé un cercle de fidèles au sein du PDS.

Macky Sall en campagne à l’intérieur du pays en 2012

Cette démission du PDS, loin d’être une traversée du désert, a permis à Macky Sall de sillonner le pays à la rencontre de la population du Sénégal des profondeurs. Il va combler son manque de charisme par une stratégie d’occupation du terrain en prélude à la présidentielle de 2012. Sa proximité avec Wade, le poste de directeur de campagne auprès de celui-ci en 2007 et les erreurs d’Idrissa Seck lui baliseront le chemin de cette victoire que personne n’a vu venir en 2012. Même pas Ndjombor ! Une victoire qui est restée en travers de la gorge d’Idrissa Seck (Ngorsi) qui s’est brusquement rendu compte qu’il est en fait, un nain politique, lui qui se surprenait à rêver d’être quatrième Président du Sénégal.

Dernier arrivé et premier servi

Macky Sall et son tout nouveau parti l’Alliance Pour la République (APR) ont coiffé au poteau les vieux débris tels qu’Ousmane Tanor Dieng ou Moustapha Niasse. Il se donne comme objectif de « réduire l’opposition à sa plus simple expression ». Il commence par jeter quelques os à ronger aux vieux lions de l’AFP et du PS. Une stratégie qui vise à décrédibiliser de potentiels adversaires. Une alliance mal vue par les jeunes lions affamés tels que Malick Gackou et Khalifa Sall qui sont en embuscade et lorgnent la tête de leur parti.

Idrissa Seck qui a compris la stratégie de Macky Sall, décide de se retirer de cette alliance-capharnaüm, ce fourre-tout idéologique. L’ancien journaliste d’investigation, Abdoul Latif Coulibaly a troqué sa veste de sentinelle de la République contre celles de ministre aux privilèges politiques. Plus de livre d’investigation mais un bouquin qui porte sur le « Sénégal sous Macky Sall ». Un livre qui s’ajoute à la liste d’ouvrages que d’anciens journalistes dédient à sa rondeur, Niangal Sall. Sombre époque ! Les opérations de charme d’anciens défenseurs d’Abdoulaye Wade se font sans gêne voire de façon effrontée. Qui l’aurait cru ? Serigne Mbacké et Abdou Khaffor Touré avec Macky Sall ! Doyna waar !

Macky Dey Dem…

Le pauvre Idrissa Seck subit lui aussi les assauts répétés de Macky Sall, son bastion de Thiès se rétrécie à chaque élection. Il enregistre des défections dans ses rangs et son rêve de phagocyter le PDS, parti démocratique sénégalais s’éloigne de jour en jour. Eh oui ! Gorgui est toujours dans l’arène politique. Le PS, parti socialiste est sur le point de sacrifier ses fils sur l’autel des privilèges que « Kor Marème » leur a attribué. Karim Wade qui a commis la même erreur qu’Idrissa Seck  « admire » présentement le paysage du désert de Dubaï. Ndeyssane ! La voie vers la victoire à la présidentielle 2019 semble déblayée pour Niangal Sall, à moins qu’elle ne soit obstruée par le PDS, le « Parti de la Demande Sociale ».

A propos de l'auteur

Papa Atou Diaw

Laisser un commentaire

Close