Actualité Afrique international

Le Tchad, le Venezuela, la Corée du Nord interdits d’accès au territoire américain

Les citoyens tchadiens, venezueliens et nord-coréens sont désormais interdits d’accès au territoire américain.

Ces trois pays, accusés de manquements à la sécurité sur leurs voyageurs et un manque de coopération avec les Etats-Unis, se sont ajoutés à la liste des cinq autres pays visés par les restrictions migratoires américaines : l’Iran, la Libye, la Syrie, la Somalie et le Yémen.

Selon des responsables gouvernementaux, l’ajout de la Corée du Nord et du Venezuela montre que les restrictions ont été décidées sur des questions de sécurité et que le décret ne visait pas expressément les musulmans, comme l’ont affirmé ses détracteurs. « La religion n’a pas été un facteur », a assuré à la presse un responsable. Il a pris l’exemple de Caracas et Pyongyang : « Ces gouvernements (Caracas et Pyongyang) ne se conforment simplement pas à nos demandes de base en matière de sécurité », a expliqué un haut responsable gouvernemental.

Les mesures de restriction de ce nouveau texte interdisant ou limitant l’accès au territoire américain à ces étrangers diffèrent selon les pays. Tous les citoyens de la Corée du Nord et du Tchad sont interdits d’accès au territoire américain. Alors que pour le Venezuela, l’interdiction se limite aux membres d’une longue liste d’instances gouvernementales et à leur famille.

 

« Rendre l’Amérique sûre est ma priorité numéro un. Nous n’accepterons pas dans notre pays ceux que nous ne pouvons pas bien contrôler », a affirmé le Président américain Donald Trump dans un message sur Twitter. « Nous ne pouvons pas nous permettre de continuer des politiques qui ont échoué dans le passé et qui représentent un danger inacceptable pour notre pays », a déclaré le Président dans un communiqué. « Ma plus importante obligation est d’assurer la sécurité du peuple américain, et avec ce nouveau décret migratoire, je réalise cette obligation sacrée », insiste-t-il.

La Corée du Nord, engagée cette semaine dans une guerre verbale avec Donald Trump, « ne coopère pas avec le gouvernement des Etats-Unis ». Pyongyang n’a pas de relations diplomatiques avec Washington. Le Venezuela, où sévissent crise politique, économique et violences, est visé en raison aussi, de son manque de coopération dans les procédures de vérification des voyageurs.

Le Soudan, l’un des six pays musulmans visés par le précédent décret, a été retiré de la liste.

« Ces restrictions sont vitales pour la sécurité nationale. Mais, elles pourront, comme dans le cas du Soudan, être levées, a expliqué un haut responsable du gouvernement. Les pays visés pourront être retirés de la liste s’ils atteignent le niveau américain de contrôle de leurs ressortissants, » a-t-il précisé.

« L’Irak, dont le niveau de vérification est pourtant très faible, n’a pas été inclus car, c’est un allié proche qui accueille un nombre important de militaires et de civils, « a-t-il souligné.

Le décret entrera en vigueur pour les trois nouveaux pays, le 18 octobre 2017.

 

A propos de l'auteur

Mame Khary Leye

Laisser un commentaire

Close