Actualité asie international

Irak : Le référendum kurde suspendu temporairement

La plus haute instance judiciaire d’Irak a ordonné, ce lundi 18 septembre 2017, la suspension du référendum d’indépendance prévu le 25 septembre dans le Nord du pays, au Kurdistan. A la demande, entre autres, du Premier Ministre Haidar al-Abadi, la cour suprême entend examiner la constitutionnalité de ce scrutin.

« La cour suprême a émis l’ordre de suspendre la procédure d’organisation du référendum prévu le 25 septembre sur ordre de la présidence du Kurdistan jusqu’à ce qu’elle examine les plaintes qu’elle a reçues, et qui affirment que cette consultation est anticonstitutionnelle, » peut-on lire dans un communiqué.

Selon l’Agence France-Presse, qui cite une source au parlement, au moins huit députés chiites et turkmènes, ont déposé des plaintes contre le référendum défendu par le président de la région autonome Kurde Massoud Barzani.

Les partisans de l’indépendance sont déjà lancés dans une série de meetings pour mobiliser la population. Mais le président Barzani, qui avait prévenu que le référendum ne serait en aucun cas retardé, souligne que le résultat de cette consultation ne mènera pas à une déclaration d’indépendance immédiate. Dans son esprit, en cas de victoire du « oui », il s’agirait de lancer des « discussions sérieuses avec Bagdad », afin de parvenir à un règlement de « tous les problèmes ». Sauf que le scrutin n’inquiète pas que la capitale irakienne, puisque d’autres pays de la région sont sur le qui-vive, Turquie et Iran en tête.

D’après Rfi Afrique, seul Israël a dit soutenir l’indépendance du Kurdistan. Washington et les pays voisins plaident pour que la région, autonome depuis 1991, règle ses différends avec Bagdad sans découper le pays. Alors que l’organisation Daech tient encore des positions sur le territoire irakien.

A propos de l'auteur

Mame Khary Leye

Laisser un commentaire

Close