A LA UNE politique

Résultats des législatives : A Dakar, la guerre des chiffres fait rage entre BBY et Manko

Avec ces sept sièges de députés à pourvoir, le département de Dakar est la circonscription électorale la plus disputée du Sénégal. Et, depuis dimanche 30 juillet, jour du scrutin, les deux camps rivaux revendiquent chacun la victoire de la capitale.

La bataille autour de qui a remporté le vote à Dakar fait couler beaucoup d’encre et de salive. En effet, si le camp du pouvoir réuni sous la bannière de Benno Bokk Yakaar dit avoir la victoire en poche, c’est tout le contraire du  côté de l’opposition regroupée au sein de la coalition Manko Taxawou Sénégal.

En effet, si les camarades du ministre Amadou Ba, tête de liste départementale de Benno Bokk Yakaar à Dakar revendique la victoire de Dakar avec une large avance de plus de 7000 voix de différence. Du côté de Manko Taxawou Sénégal on affirme avoir gagné avec un écart de plus de 2000 voix.

En point de presse le soir même du scrutin, après la publication des premières tendances, la tête de liste départementale a clamé haut et fort que « Dakar est tombé sous l’escarcelle de Benno Bokk Yakaar, même s’il a précisé que ces résultats restés à être confirmés par qui de droit » a déclaré Amadou Bâ.

Et, la réplique ne s’est pas fait attendre du côté de Manko Taxawou Sénégal. Réuni à leur quartier général, les camarades de Bamba Fall vainqueur encore à la Médina, son fief, ont battu en brèche les affirmations de la tête de liste départementale de Benno à Dakar.

En point presse, le maire de Dieupeul Derklé a livré les résultats qui donnent Manko Taxawou Sénégal avec Khalifa Sall vainqueur à Dakar.

A l’en croire, Manko Taxawou a remporté Dakar avec un  écart de 2051 voix soit 111045 voix pour Manko contre 108994 voix.

Avec ces sept sièges à pouvoir, la capitale Dakar est âprement disputé par les deux camps rivaux qui se regardent en chiens de faïence.

Une bataille que seule le Conseil constitutionnel pourra trancher pour départager les deux camps devenus des ennemis jurés en politique. Une décision  qui va intervenir après la période du contentieux post-électoral qui dure cinq jours.

A propos de l'auteur

Khadim FALL

Laisser un commentaire

Close