A LA UNE Actualité Afrique

L’affaire Kemi Seba divise la toile africaine

Le procès de l’activiste et chroniqueur français actuellement va s’ouvrir ce mardi. Il a été arrêté après avoir brûlé un billet de 5 000 F cfa lors d’une manifestation anti-franc cfa à la place de la nation ex-place de l’obélisque. Si son arrestation a déclenché une vague de sympathie de la part de beaucoup d’internautes africains, d’autres estiment que son acte n’est qu’un coup d’épée dans l’eau.

Kemi Seba est de nouveau au centre d’une controverse après avoir brûlé un billet de 5000 franc. Son acte lui a valu d’être arrêté. De nombreux internautes africains lui ont témoigné leur sympathie. Ils dénoncent tous le Franc cfa qu’ils considèrent comme une monnaie de servitude. Certains internautes vont même jusqu’à imiter Kemi Seba en brulant des billets de banques. Cependant, la majorité d’entre eux ne montrent pas leur visage car dans certains pays, bruler un billet de banque est puni par la loi.

L’article 411 du code pénal sénégalais est la loi qui punit la destruction volontaire de billet de banque. Ce que fustigent des internautes qui estiment que la BCEAO n’est pas le propriétaire du billet mais bien la personne qui la détient. Un internaute soutient d’ailleurs que ce n’est pas parce qu’une loi est injuste qu’on devrait l’appliquer. « L’esclavage était légal dans certaines sociétés. Mais ce n’était pas juste pour autant. La légalité relève de la loi. La justice relève de la morale », affirme-t-il.
Parmi les soutiens de Kemi Seba, on retrouve le défenseur des droits de l’Homme Seydi Gassama qui estime que l’activiste a été arrêté pour ses idées. On retrouve également le rappeur Mor Talla alias Nitdoff qui a posté une vidéo de 6 minutes pour le soutenir.
Un internaute se désole par contre des pourfendeurs de Kemi Seba, « Kemi Seba a brûlé un billet de 5000f et même les africains le pourfendent au lieu de le défendre. J’en suis triste ». L’acte de Kemi Seba ne fait donc pas l’unanimité du côté des africains. Le jeune énarque Hamidou Anne a qualifié l’activiste « d’Afroclown » dans une chronique parue dans Le Monde Afrique. Il a vertement critiqué Kemi Seba dont il juge le discours « raciste et creux, inutile et dangereux. »


« Beaucoup de personnes qui s’activent pour la sortie du FCFA tout de suite soit vivent en Europe ou aux USA soit sont payés par des capitaux non africains. Ils vont tenir leur posture d’Afroclowns et m’accuser d’être un nègre de maison parce que je dis que ce ne serait peut-être pas une bonne idée de sortir tout de suite de la zone CFA ou de rompre avec l’occident », affirme un internaute.
EN attendant que s’ouvre le procès de Kemi Seba à Dakar, le débat continue sur les réseaux sociaux. L’activiste risque 5 à 10 ans de prison.

A propos de l'auteur

Papa Atou Diaw

Laisser un commentaire

Close