Actualité Afrique europe international

Les propos de Macron qui divisent la toile africaine

A l’occasion du sommet du G20, le président Français Emmanuel Macron a estimé que le défi de l’Afrique est civilisationnel. Selon lui, on ne peut rien stabiliser en Afrique quand on a toujours des familles qui ont des « sept à huit enfants ». Si ces propos ont indigné beaucoup d’Africains, d’autres donnent raison à Macron. Les débats font rage sur les réseaux sociaux.

Emmanuel Macron répondait à une question d’un journaliste sur un éventuel plan Marshall pour l’Afrique. C’est-à-dire une aide économique aux Etats africains, afin de booster leur développement. Selon Macron, le problème de l’Afrique est trop complexe et qu’un Marshall n’est pas suffisant.

Des propos mal accueillis du côté de l’Afrique et de sa diaspora. Certains accusent même Emmanuel Macron de raciste, d’autant plus qu’il n’en est pas à la première polémique. Il y a un mois il avait fait un commentaire sur les bateaux Kwassa-Kwassa qui « amènent du comoriens ». Un humour noir qui avait déclenché l’ire de la communauté comorienne.

Le président Alpha Condé a d’ailleurs répondu au président Français, « quand vous parlez de démographie galopante, c’est du Malthusianisme, c’est contre l’Afrique. Aujourd’hui, les autres continents nous envient notre démographie, parce que ce sont des peuples vieillissants. Notre jeunesse est notre avantage. Donc, nous devons nous approprier notre propre langage en fonction de ce que nous voulons pour l’Afrique » poursuit le président en exercice de l’Union Africaine.

Après le discours polémique de Sarkozy à Dakar, ce commentaire d’Emmanuel Macron sur la fécondité en Afrique est perçu comme une insulte, de la condescendance par les internautes africains. Ils accusent de paternalisme l’ancien pays colonisateur surtout Emmanuel Macron.

Pourtant d’autres africains sont en phase avec le locataire de l’Elysée. Ils estiment que Macron ne s’est contenté que de dire tout haut ce que tout le monde sait déjà. Ils dénoncent par ailleurs l’émotivité de leurs compatriotes et appellent à une lecture plus analytique et plus froide de la situation de l’Afrique.

 

Selon la banque mondiale, la faible croissance de l’Afrique est due à la chute des cours des matières premières qui affecte les grandes économies du continent.

A propos de l'auteur

Papa Atou Diaw

Laisser un commentaire