Actualité societe

Ziguinchor: Les professeurs de l’Université Assane Seck en brassards rouges

De Youssouf DIMMA, Ziguinchor

Les professeurs de l’Université Assane Seck de Ziguinchor (UASZ), militants du Syndicat Autonome de l’Enseignement Supérieur (SAES), ont suspendu leurs cours ce mercredi 07 Juin, et ont porté des brassards rouges avant de donner un point de presse dans la salle des professeurs.

Face à la presse, ces professeurs qui ont pris le soin de tous porter leurs chemises « batik » estampillées du logo de leur syndicat, ont déclaré, par la voix de leur secrétaire général local, « inscrire » leur mouvement d’humeur « dans le sillage d’une action nationale en cours ».

A en croire Oumar Sall, en effet, il s’agit pour eux de se prononcer sur « le principal point, ayant motivé le dépôt par le SAES d’un préavis de grève au niveau national ».

Oumar Sall a informé que ce point portait sur la question de la retraite des enseignants du supérieur. « le SAES avait négocié avec le gouvernement pour que les enseignants du supérieur puissent aller à la retraite avec des émoluments décents permettant de leur garantir une meilleure retraite ». A ce propos, le secrétaire général de la coordination SAES de l’UASZ a indiqué que « le gouvernement s’était engagé à donner une retraite s’élevant à 85% du salaire de chaque enseignant ».

Pour lui, « le gouvernement s’était engagé en présence de toutes les structures techniques de l’Etat, ce qui nous fait dire qu’il avait pris des décisions mûries ».

Or, a-t-il regretté, « à l’issue de la conférence sociale organisée les 23 et 24 avril derniers, le gouvernement s’est rétracté en faisant de nouvelles propositions poussant les enseignants à supporter toutes les dépenses y afférentes ». M. Sall de marteler : «  nous pensons que si le FNR (Ndlr : Fonds National de Retraites) est déficitaire de 15 milliards de FCFA, ce n’est la faute aux enseignants mais plutôt à l’Etat qui n’a pas pris les bonnes décisions lorsque celui-ci était excédentaire ».

Ainsi, pour faire reculer le gouvernement, notamment pour « le pousser à renoncer aux conclusions de la conférence sociale d’avril dernier », les enseignants de l’UASZ ont arboré des brassards rouges et porté des pancartes aux inscriptions hostiles à la politique gouvernementale en matière retraite des enseignants du supérieur.

C’est le cas des slogans tels que : « une retraite décente, c’est le respect de la dignité de l’enseignant », « la retraite nous tuera si l’université ne nous tue pas avant », « nous exigeons une retraite digne », etc.

Après le point de presse, ces pancartes ont été exhibées voire brandies tout au long d’une marche que les enseignants de l’UASZ ont improvisée sur le campus pédagogique.

A propos de l'auteur

Daouda SOW

Laisser un commentaire

Close