A LA UNE societe

Prépararatifs du baccalauréat: Les candidats entre stress et inquiètude

Ceux qui en ont fait l’expérience savent ce que signifie préparer un examen, en l’occurrence le Baccalauréat. Plus les jours s’approchent, plus la peur gagne les cœurs de la plupart des candidats.

Dans l’une des salles, au 3ème étage du lycée Maurice Delafosse (Geule Tapée), Mamadou Diakhaté  et deux autres de ses camarades  sont  concentrés sur un  exercice de physique. « Il faut relire le cours pour bien comprendre ce chapitre sur les magnétiques.. », se lancent –deux d’entre eux pendant que la troisième personne écrit au tableau. Visiblement déterminés, ils avouent qu’ils sont plus ou moins prêts pour la composition qui démarre le mardi 4 juillet prochain. « on n’a pas terminé les chapitres en histoire géographique, mais mathématiques et autres sont terminés depuis Avril, mai », expliquent les trois candidats.

Dans la salle qui suit celle des trois amis, Fanta est seule à travailler. Cachée dans son voile  et dans ses  chaussettes donnant l’allure de quelqu’un qui se protège contre les moustiques, le travail en groupe ne l’intéresse pas trop « A 4 jours de la composition, je préfère travailler seule, parce que je serai seule en face des épreuves », justifie-t-elle. Celle qui refuse de se faire photographier avoue qu’elle a déjà fait le maximum. « Le reste, je m’en remets à Allah », renseigne -t-elle avec une voix timide.

« Même si on nous donne 100 ans, on ne sera jamais prêt… »

Croisée sur les escaliers, Salimata vient de finir un cours de renforcement en mathématiques. Elle vient du lycée Lamine Gueye. « Même si on nous donne 100 ans, on ne sera jamais prêt », explique –t-elle. Avant de poursuivre: « Je dors beaucoup, et je mange bien. Je sais que l’examen c’est comme nos évaluations en classe, je sais que ça va aller. » rassure-t -elle avec un brin de sourire. Elle informe que c’est la deuxième fois qu’elle passe le BAC.

Diallo, elle autre a le sourire aux lèvres malgré tout. Elle est entrain de réviser ses cours de Sciences de la Vie et de la Terre quand on l’a vue dans l’une des salles du rez de chaussée.

D’autres compétences extérieures sont sollicitées en de pareilles circonstances pour venir en renfort. C’est le cas du doctorant, Thierno Thiam  venu aider les élèves à tirer leur épingle du jeu.

L’école Maurice Delafosse à Geule Tapée s’est tapée environ 40% au Baccalauréat 2016. Moustapha Faye a pris la direction de ce lycée en octobre dernier. « Nous comptons faire plus de 60% cette année. C’est pourquoi toutes les dispositions sont réunies pour permettre aux élèves de faire le maximum de révisions possible », informe le nouveau proviseur qui rassure que les candidats sont avertis des risques qu’ils courent en cas de tentative de fraude ou de tricherie. Il conseille aux parents, d’aider les apprenants à ne pas veiller trop à quelques jours du démarrage de la composition.

A propos de l'auteur

Papa Atou Diaw

Laisser un commentaire