Actualité politique

« Si on doit aller à ces élections avec 47 listes, il faut former nos concitoyens pour qu’ils puissent voter », dixit Tanor Dieng

Les réactions fusent de partout, quant à la bonne organisation des législatives du 30 juillet prochain au Sénégal. C’est le tour du secrétaire général du Parti Socialiste. Pour Ousmane Tanor Dieng, une formation citoyenne en vue de permettre aux électeurs de  voter « sans grande difficulté », en dépit du « nombre impressionnant » de listes en compétition, serait une l’une des meilleurs manières, pour une issue heureuse des prochaines législatives.

« Si on doit aller à ces élections avec 47 listes, il faut former nos concitoyens pour qu’ils puissent voter. Et je suis persuadé que si on le fait, on y arrivera », a-t-il déclaré.

« Le nombre de listes que nous avons est pléthorique » à l’échelle du Sénégal, « mais dans les pays d’Afrique centrale et dans un certain nombre de pays de l’Afrique de l’Ouest, il y a encore beaucoup plus de listes et, pourtant, les élections se passent dans des conditions acceptables », a-t-il ajouté devant les journalistes, à Mbour ce dimanche 18 Juin.

Il a toutefois reconnu qu’avec « la multitude de listes » va « poser, probablement, problème le jour des élections avec des lenteurs » qui feront que tout le monde ne pourra pas voter.

C’est pourquoi, il propose la tenue d’une  assise nationale sur les questions électorales. « Ce qui ne peut se faire qu’avec la bonne volonté de toute la classe politique sénégalaise », qui doit « prendre conscience de la situation » du champ politique sénégalais, a-t-il indiqué.

A propos de l'auteur

Papa Atou Diaw

Laisser un commentaire

Close