A LA UNE Actualité politique

Kaolack: Mécontents des investitures, la COJER et le RP menacent Macky Sall

De Ibrahima Diamé

Au lendemain du dépôt des listes des candidats investis en vue des élections législatives, la frustration et la déception émaillent les sorties des militants et partisans des partis et coalitions prétendantes. Certains alliés du président Macky Sall, comme le RP (Rassemblement pour le peuple) et les jeunes de la Cojer départementale de Kaolack se sentant laissés en rade, menacent de ramer à contre-courant d’une victoire de Benno Bokk Yaakaar dans le département.
A Kaolack, la colère est montée d’un cran chez les partisans de la coalition Benno Bokk Yaakarr, 2 jours après le dépôt des listes de candidatures des partis et coalitions de partis pour les élections législatives. Au Rassemblement pour le peuple (Rp) comme chez les jeunes de la Cojer, le sentiment le mieux partagé est la déception à propos de ces investitures. Soutien de la première heure de Macky Sall, le parti de feu Serigne Mamour Niass, nonobstant des années de fidélité jamais démentie, n’a pourtant jamais caché sa souffrance, liée à un sentiment de marginalisation dans son compagnonnage avec la coalition au pouvoir. Il y a seulement un mois de cela, les observateurs les plus avertis avait parié fort sur la sortie du Rp de la coalition Benno Bokk Yaakaar. Une réunion tenue à huis clos avait à l’ordre du jour de déterminer la question sur la poursuite du cheminement politique. Au terme de son entrevue, le bureau politique qui a été présidé par le premier serviteur Serigne Mansour Niass, s’était fendu d’un communiqué pour réitérer leur ancrage dans Benno. Les frustrations étaient certes éprouvées et même souvent manifestées, par des responsables de ce parti, cependant le pas n’a jamais été franchi jusque-là.
Cheikh Ndao, membre du bureau politique du Rp « Nous n’avalerons pas toutes les couleuvres »
Se présentant comme étant le plus vieux compagnon de feu Serigne Mamour Niass depuis la création du parti, Cheikh Ndao, membre du bureau politique du Rp est animé de dépit: « Si ce qui fuite dans la presse est avérée, le Rp pendra sa responsabilité et ne participera pas à l’effort de cette forfaiture. Même si Mansour Niass accepte, le parti n’acceptera pas. Quand le parti avait donné carte blanche, c’était pour négocier ses intérêts. En politique, il n’y a que ses intérêts. Si les rumeurs se confirment et qu’elles soient contraires à nos attentes, le parti n’ira pas à l’encontre de ses intérêts » martèle Cheikh Ndao, par ailleurs conseiller municipal à la mairie de Kaolack. Accusant le président Macky Sall « himself » d’être le maître d’orchestre de ce scénario de ce qu’il considère comme une farce de mauvais goût, Cheikh Ndao indique que le parti se réunira dans les prochains jours pour prendre la décision idoine. « Le mal est déjà fait mais le vin n’est pas encore tiré » soutient-il.
La Cojer départementale déclare la guerre à son parti
Le même état d’âme est partagé par les jeunes de la Cojer (Convergence des jeunesses républicaines) départementale. « Nous réclamons droit, nous réclamons justice » déclare leur porte-parole, YIGO Sène, coordonnateur départemental, selon qui le président n’a jamais promu un jeune de Kaolack. « La liste était là pour le Haut conseiller, le président n’a pris aucun jeune. Aujourd’hui également pour la députation, le président n’a pris aucun jeune » s’indigne le responsable des jeunes de la Cojer de Kaolack. Poursuivant, il soutient « qu’on ne peut pas continuer éternellement à élire des gens, à se battre sans relâche pour un parti qui n’a aucune considération pour les jeunes, ça c’est fini. Nous nous disons que c’est terminé ». Pressentant une défaite à venir de la coalition Benno Bokk Yaakaar, Yougo Sène demande au président Macky Sall de prendre des mesures immédiates pour la jeunesse de Kaolack. Les jeunes de la Cojer de Kaolack se disent même prêts à engager la bataille contre leur propre parti. Ainsi, ils n’excluent pas de marcher, de boycotter et de sanctionner par tout moyen leur parti, l’Alliance Pour la République.

A propos de l'auteur

Daouda SOW

Laisser un commentaire

Close