Actualité societe

Dialogue inter-religieux: L’imam Muhammad Nurayn Ashafa et le pasteur James Movel donnés en modèle

L’imam Muhammad Nurayn Ashafa et le pasteur James Movel étaient des ennemis jurés. A l’origine, ils  se décrivaient comme « des activistes religieux militants »  programmés pour se haïr tout en évangélisant et islamisant à tout prix. Cette manière de concevoir la religion va engendrer  des affrontements et des conflits causant la mort des dizaines de milliers de personnes de Kaduna, au nord du Nigeria. Une crise ethnique et religieuse meurtrière qui avait rendu la localité, dans les années 92, célèbre dans les conflits interreligieux.

Mais au fil des années, les deux personnages vont écouter leurs cœurs, reméditer les paroles saintes pour se laisser convaincre que la religion ne doit pas être source de guerre et de conflit. Les deux antagonistes vont se faire la paix et devenir les protagonistes d’un monde où musulmans et chrétiens peuvent rester ensemble et converger vers un destin commun : un monde de paix. Impliquant toutes leurs familles et leurs collaborateurs, ils vont se donner, à travers la création d’un centre de médiation interreligieux, la vocation d’aller de région en région et de localité en localité pour sensibiliser leurs pairs sur l’importance du dialogue interreligieux.

Ce documentaire d’Alain Channer a été projeté ce jeudi 1 juin 2017, par la fondation Konrad Adenauer dans ses locaux, en présence des dignitaires des différentes confessions religieuses, de la représentante du maire de la  ville de Dakar, des journalistes et acteurs de la société civile.

Pour Thomas Volk, représentant résident de la fondation Konrad Adenauer, « la fondation œuvre depuis 8 ans à l’enracinement du dialogue interreligieux au Sénégal, avec l’organisation chaque année d’un forum sur la question ». Ce premier ciné-club, précise –t-il, s’inscrit dans la logique de renforcer la culture du pardon, de la réconciliation et du dialogue.

Tous les intervenants sont tombés  d’accord  sur le fait que le dialogue inter-religieux est un acquis et une réalité au Sénégal. Mais sa préservation reste un défi, ont-ils affirmé.

Et pour joindre   l’acte à la parole, chrétiens et musulmans participants ont partagé un ndogou (repas de rupture de jeûne) interreligieux dans une ambiance bon enfant.

A propos de l'auteur

Papa Atou Diaw

Laisser un commentaire

Close