Contribution

« Non! Dreadlocks n’est pas Rasta! »

De Kaman Barham Naré

Les gens ont tendance à penser que tous ceux qui portent des dreadlocks sont forcément des rastas. Cependant on peut porter des dreadlocks sans pour autant être adepte du mouvement rasta.
Les rastas sont des gens qui idolâtrent Hailé Sélassié qui est considéré comme leur Dieu. Marcus Garvey qui est un grand penseur Jamaïcain avait prédit l’arrivée d’un sauveur qui va réunifier les noirs et faire rentrer les jamaïcains et autres habitants des caraïbes en Afrique. Le couronnement de Hailé Sélassié the first comme empereur de l’Ethiopie est l’un des rares pays qui n’a jamais été colonisé. Il a nourri un grand espoir chez les rastas, en Jamaïque, qui étaient isolés et rejetés par la société car vivant en général dans la forêt et se nourrissant d’herbes et de légumes. Les rastas ont une culture un peu spéciale, ils ne se coupent pas les cheveux et les laissent s’emmêler jusqu’à former des dreads : c’est ce qu’on appelle « free form loks ». Ils considèrent que les dreadlocks sont la coiffure du lion, considéré comme un animal sacré chez eux (Lion of the Judah). Ces dreadlocks les relient à Dieu. Donc s’ils les coupaient, ils seraient en quelque sorte plus lié à Jah. Donc le rastafari est un mouvement, une philosophie qui a surtout était propagé au-delà des frontières du Jamaïque par Bob Marley, le plus grand chanteur de Reggae de tous les temps. Il est considéré par beaucoup de rastas comme leurs prophètes. Bob Marley est très connu surtout pour son engagement pour une Afrique unie. Il était un vrai panafricaniste, un visionnaire. Beaucoup de prédictions faites dans ses chansons se sont produites dans le future et qui continuent de se produire. Il était un vrai défenseur des noirs et des opprimés. Robert Nesta Marley appelait à l’union « one love » entre tous les peuples, toutes les races, noirs ou blancs. Né d’un papa blanc et d‘une maman noire, il œuvrait également pour la paix en Jamaïque qui était traversée par des guerres d’opposition entre les partis.
Aujourd’hui, les dreadlocks ont un nouveau sens bien que n’étant pas nées en Jamaïque car on trouvait des gens qui les portaient bien avant en Afrique notamment en Ethiopie, au Kenya, au Sénégal, au Mali etc. Les dreadlocks sont devenues de nos jours un moyen pour exprimer son appartenance et sa négritude. Beaucoup de jeunes portent des dreadlocks sans pour autant être des rastas. Malgré les clichés, beaucoup de gens décident de porter des dreads mais ne fument pas de l’herbe et n’adhèrent pas forcément aux idées religieuses des rastas. On voit également des gens non africains, de types caucasiens, porter aujourd’hui les dreadlocks qui sont devenus une mode chez certains.
Tout ce qu’on peut dire c’est que les dreadlocks ont un style particulier et font que ceux qui les porte se démarquent facilement des autres. Elles ne sont ni synonyme de marginalisation ou de drogue mais plutôt une manière de montrer ses racines africaines comme les tresses et le port du wax.

A propos de l'auteur

Daouda SOW

Laisser un commentaire

Close